Fermer

France : le Défenseur des droits demande des sanctions contre des policiers qui s’étaient grimés en Noirs

Par Jeune Afrique

Le défenseur des droits, Jacques Toubon, à l'Élysée en 2014. © Francois Mori/AP/SIPA

Le Défenseur des droits français Jacques Toubon a recommandé que des sanctions disciplinaires soient prises contre cinq policiers que des photos postées sur internet en 2014 montraient grimés en Noirs lors d'une soirée privée.

Le Défenseur « recommande l’engagement de poursuites disciplinaires » à l’encontre des cinq policiers « pour avoir manqué gravement à leur devoir d’exemplarité » et « manqué de discernement » en « publiant sur les réseaux sociaux des photographies à caractère raciste », selon cette décision.

« Bananes à la main »

Les faits remontent à juin 2014, lors d’une soirée au cours de laquelle ces policiers du commissariat du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), en civil et hors service, s’étaient grimés en Noirs avant de diffuser les photos sur le réseau Facebook. Des associations s’étaient alors indignées de cette « soirée Blackface« , un terme désignant les caricatures théâtrales de Noirs.

Le Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), rappelant les « postures simiesques » et les « bananes à la main » des protagonistes, s’est félicité mardi de voir que « le Défenseur des droits reconnaît que ces policiers ont commis un acte raciste ».

Une enquête préliminaire pour « incitation à la haine raciale » avait été ouverte en 2014 mais « le parquet, se fondant sur l’enquête de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale, NDLR), avait classé l’affaire sans suite », a rappelé le Cran.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici