Fermer

États-Unis : l’auteur du meurtre d’un sexagénaire noir poursuivi pour acte de terrorisme

Par Jeune Afrique avec AFP

L'auteur du meurtre, James Jackson, escorté par la police le 22 mars 2017. © Seth Wenig/AP/SIPA

Lundi 20 mars, James Jackson, un ex-militaire de 28 ans, a poignardé mortellement un sans-abri de 66 ans en raison de sa couleur de peau à New-York. En plus du crime à caractère raciste, le bureau du procureur de Manhattan a annoncé lundi 27 mars qu'il retiendrait également la qualification de crime terroriste.

Au premier chef d’inculpation pour crime raciste s’ajoute celui de crime terroriste. Un peu plus de 24 heures après avoir mortellement poignardé un sexagénaire noir en pleine rue à New-York le lundi 20 mars, James Jackson s’était présenté de lui-même au commissariat de Times Square mercredi dernier pour se dénoncer.

Lundi 27 mars, le procureur de Manhattan, Cyrus Vance, a résumé le mode opératoire de James Jackson, un ancien militaire qui a fait un bref passage en Afghanistan. Dans un communiqué, il précise que l’auteur des coups de couteau « a rôdé dans les rues de New York pendant trois jours à la recherche d’une personne noire à assassiner, afin de lancer une campagne terroriste contre les habitants de Manhattan et les valeurs que nous portons ». Avant d’ajouter : « C’est avec toute sa présence d’esprit que la semaine dernière, il a mis son plan à exécution, sélectionnant au hasard un new-yorkais sur la seule base de la couleur de sa peau, en le poignardant à plusieurs reprises et publiquement dans une rue de Midtown ».

Assurant appartenir au mouvement prônant la suprématie blanche, il avait indiqué s’être rendu à New York en bus depuis Baltimore, car New York est « la capitale médiatique du monde » et qu’il souhaitait « faire parler de lui », avait déclaré vendredi William Aubry, responsable des enquêtes de la police de New York pour le quartier de Manhattan.

Sans-abris

Le lundi 20 mars, dans le quartier de la gare des bus de Manhattan, James Jackson a asséné plusieurs coups de couteau à Timothy Caughman, 66 ans, qui vivait dans un refuge pour sans-abris à proximité. La victime a toutefois réussi à marcher jusqu’au commissariat de quartier, mais a été déclarée morte à son arrivée à l’hôpital.

Le maire de New York, Bill de Blasio, avait qualifié cet acte « d’attaque visant ce qui fait de cette ville la meilleure du monde : sa tolérance et sa diversité ».

Les services du procureur avaient annoncé le lancement d’une campagne de promotion intitulée « Trop New York pour haïr » (Too New York To Hate), pour inciter victimes et témoins d’actes visant une communauté, une religion ou une ethnie à témoigner.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici