Fermer

Afrique du Sud : Ahmed Kathrada, compagnon de lutte de Mandela, est mort

Par Jeune Afrique avec AFP

Nelson Mandela et son ancien compagnon de cellule Ahmed Kathrada, à Johannesburg le 11 octobre 2010. © Debbie Yazbek/AP/SIPA

Le vétéran de la lutte anti-apartheid Ahmed Kathrada est décédé ce mardi 28 mars à Johannesburg à l'âge de 87 ans, des suites d'une opération.

« La Fondation Ahmed Kathrada est très triste d’annoncer la mort du vétéran de l’ANC Ahmed Kathrada, 87 ans, ce matin à l’hôpital Donald Gordon de Johannesburg », annonce-t-elle ce mardi 28 mars par voie de communiqué. « Oncle Kathy » − c’était son surnom − est décédé « en paix » des suites d’une opération chirurgicale au cerveau, est-il précisé dans le document.

« C’est une grande perte pour l’ANC, plus largement pour le mouvement de libération et pour l’Afrique du Sud », a déploré pour sa part le directeur de la Fondation, Neeshan Balton. « Kathy était une source d’inspiration pour des millions de gens à travers le monde. »

« Le camarade Kathy était une bonne âme, humaine et humble », a pour sa part réagi son compagnon d’armes et membre de sa fondation, Derek Hanekom. « C’était un révolutionnaire déterminé qui a donné sa vie entière au combat pour la liberté dans notre pays », a-t-il ajouté.

26 ans à Robben Island

Ancien député et conseiller du président Mandela pendant son seul mandat à la tête de l’Afrique du Sud (1994-1999), il a fait partie du premier cercle des dirigeants historiques du Congrès national africain (ANC).

« Oncle Kathy » s’était notamment illustré à la fin des années 80 lors des négociations entre l’ANC et le régime blanc, lesquelles ont abouti au début des années 1990 à la chute de l’apartheid et aux premières élections libres du pays en 1994.

Né le 21 août 1929 dans une petite ville de l’ancienne province du Transvaal occidental (nord-ouest), dans une famille d’immigrés indiens, il a quitté l’école à 17 ans pour participer à la lutte contre l’apartheid.

Ahmed Kathrada a été arrêté en 1963 avec une partie de l’état-major de l’ANC dans leur QG clandestin de Johannesburg et inculpé de sabotage. Condamné l’année suivante à la réclusion à perpétuité, il est emprisonné à Robben Island dont il ne sortira que vingt-six ans plus tard.

Depuis sa retraite politique en 1999, il dirigeait la fondation qui porte son nom pour lutter contre les inégalités.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro