Fermer

Maroc : arrestation des assassins présumés d’un député

Par AFP

La police marocaine dans un quartier de Casablanca en 2014. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

La police marocaine a annoncé vendredi l'arrestation des auteurs présumés de l'assassinat d'un député le 7 mars à Casablanca.

« Les efforts des services de sécurité ont permis l’identification et l’arrestation des présumés impliqués dans cet acte criminel, ainsi que la saisie de la voiture qui a servi lors du crime », a indiqué le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ).

Les perquisitions « ont permis la saisie d’un fusil de chasse et de cartouches similaires à celles utilisées pour commettre l’homicide », a ajouté le BCIJ, qui ne précise pas le nombre des personnes interpellées et ne donne aucune indication sur leur identité ou leur motivation.

Ces arrestations ont été menées « grâce à la collecte de données techniques et à leur analyse », ainsi qu’à « la découverte de preuves matérielles irréfutables sur la base des indices prélevés sur la scène du crime ».

Abdellatif Merdas, 53 ans, avait été tué en soirée devant son domicile de Casablanca par des tirs de fusils de chasse. Le ou les assaillants étaient parvenus à prendre la fuite. M. Merdas était député de l’Union constitutionnelle (UC, parti libéral) pour la circonscription de Ben Ahmed, une localité à une soixantaine de km au sud-est de Casablanca.

Au lendemain de l’assassinat, la police avait annoncé l’arrestation d’un premier suspect, proche d’une jeune femme en relation avec la victime, qui avait ensuite été mis hors de cause.

Les « développements et les détails » de l’affaire « seront dévoilés ultérieurement pour garantir le bon déroulement des investigations judiciaires qui sont toujours en cours », a souligné vendredi soir le BCIJ.

La police marocaine a annoncé vendredi l’arrestation des auteurs présumés de l’assassinat d’un député le 7 mars à Casablanca.

« Les efforts des services de sécurité ont permis l’identification et l’arrestation des présumés impliqués dans cet acte criminel, ainsi que la saisie de la voiture qui a servi lors du crime », a indiqué le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ).
Les perquisitions « ont permis la saisie d’un fusil de chasse et de cartouches similaires à celles utilisées pour commettre l’homicide », a ajouté le BCIJ, qui ne précise pas le nombre des personnes interpellées et ne donne aucune indication sur leur identité ou leur motivation.

Ces arrestations ont été menées « grâce à la collecte de données techniques et à leur analyse », ainsi qu’à « la découverte de preuves matérielles irréfutables sur la base des indices prélevés sur la scène du crime ».

Abdellatif Merdas, 53 ans, avait été tué en soirée devant son domicile de Casablanca par des tirs de fusils de chasse. Le ou les assaillants étaient parvenus à prendre la fuite. M. Merdas était député de l’Union constitutionnelle (UC, parti libéral) pour la circonscription de Ben Ahmed, une localité à une soixantaine de km au sud-est de Casablanca.

Au lendemain de l’assassinat, la police avait annoncé l’arrestation d’un premier suspect, proche d’une jeune femme en relation avec la victime, qui avait ensuite été mis hors de cause.
Les « développements et les détails » de l’affaire « seront dévoilés ultérieurement pour garantir le bon déroulement des investigations judiciaires qui sont toujours en cours », a souligné vendredi soir le BCIJ.