Fermer

Côte d’Ivoire : les avocats de Simone Gbagbo n’assisteront pas à la phase finale du procès

Par Jeune Afrique avec AFP

Simone Gbagbo lors d'un rassemblement pro-Gbagbo en janvier 2011. © Rebecca Blackwell / AP / SIPA

Les avocats commis d'office de l'ex-première dame de Côte d'Ivoire, Simone Gbagbo, jugée à Abidjan pour crimes contre l'humanité, n'assisteront pas à la phase finale du procès prévue à partir de lundi, ont-ils annoncé, réclamant une nouvelle fois une reprise totale du procès.

« Lundi, on ne sera pas à la barre », a résumé vendredi Me Amany Koumé, un des trois avocats commis d’office, lors d’un point presse avec ses deux confrères. Les trois avocats ont longuement exposé leurs griefs, dénonçant notamment l’absence de documents dans le dossier d’accusation et le remplacement d’un assesseur par un autre en cours de procédure.

« 10 000 pièces manquantes »

Pour Me Patrick Georges Vieira, « la justice a le devoir de retrouver les 10 000 pièces manquantes » au dossier d’accusation. Il s’agit d’une « situation ubuesque, qui est une atteinte aux droits de la défense. Le caractère équitable (du procès) est indiscutablement remis en cause », a-t-il martelé.

« La Cour s’est présentée dans une composition inédite le 10 janvier 2017 (un magistrat a été muté et remplacé par un autre, ndlr) 7 mois après le début du procès », a ajouté Me Amany Koumé, pour qui la « seule alternative » est une reprise du procès depuis le début. « Il s’agit d’élémentaires exigences légales. La Cour a décidé de passer outre. Nous sommes devant une grave et intolérable dérive totalitaire et une négation des droits de la défense », a jugé de son côté Me Claude Mentenon.

Un procès quasiment à l’arrêt

Entrecoupé de nombreuses suspensions depuis son ouverture le 31 mai 2016, le procès est quasiment à l’arrêt depuis le retrait fin novembre des avocats de Simone Gbagbo, allant de report en report après des discussions de procédure.

Lundi, les parties civiles devraient plaider, avant que le procureur ne prononce son réquisitoire. À l’instar de ses avocats, l’ex-première dame de Côte d’Ivoire, qui risque une peine de prison à vie et dont la dernière apparition au tribunal remonte à fin novembre 2016, ne devrait pas être présente.

Déjà condamnée à 20 ans de prison

Elle est jugée pour son implication présumée dans des tirs d’obus sur le marché d’Abobo, un quartier d’Abidjan favorable à Alassane Ouattara – rival de son mari Laurent Gbagbo à la présidentielle de novembre 2010 – et pour sa participation à une cellule qui organisait des attaques menées par des milices et des militaires proches du régime. Ces crimes ont été commis lors de la crise qui a fait plus de 3 000 morts en cinq mois dans le pays, après le refus du président Gbagbo de reconnaître la victoire électorale de son opposant Alassane Ouattara.

Simone Gbagbo purge déjà une peine de 20 ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’État », prononcée en 2015.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici