Sénégal : ces affaires politico-judiciaires qui défraient la chronique

Par - avec Mehdi Ba

Le maire de Dakar Khalifa Sall à l'Hôtel de Ville le 22 octobre 2014. © Sylvain CHERKAOUI/JA

Avant le maire de Dakar, Khalifa Sall, bien d’autres responsables politiques ont séjourné derrière les barreaux au cours de la dernière décennie.

Depuis le 7 mars, Khalifa Sall, le maire de Dakar, est incarcéré à la prison dakaroise de Rebeuss. Accusé de détournement de fonds publics, ce frondeur socialiste, pressenti pour être le challenger de Macky Sall lors de l’élection présidentielle de 2019, dénonce une cabale politique. Il est loin d’être le seul responsable sénégalais à être passé par la case prison.

Située à quelques encablures du palais de justice, la maison d’arrêt de Rebeuss, à Dakar, a vu passer depuis douze ans des hommes politiques de tous bords. Selon Me El Hadj Amadou Sall, ancien ministre de la Justice d’Abdoulaye Wade, une soixantaine de membres du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) ont été incarcérés ces deux dernières années, dont l’ex-détenu le plus célèbre du Sénégal, Karim Wade, libéré en juin 2016 après plus de trois années derrière les barreaux. Jeune Afrique revient sur les principales affaires politico-judiciaires qui ont marqué l’histoire récente du pays.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici