Égypte : la justice rouvre une enquête pour corruption contre Hosni Moubarak

Par Jeune Afrique avec AFP

L'ancien président égyptien, Hosni Moubarak, dans un sommet France-Afrique tenu à Cannes le 16 février 2007. © LIONEL CIRONNEAU/AP/SIPA

Hosni Moubarak n’en a pas fini avec la justice. Dix jours après l’annonce de sa libération prochaine, une enquête pour corruption a été rouverte contre l’ancien raïs.

Celle-ci porte sur des accusations selon lesquelles lui, sa femme, leurs deux fils et leurs belles-filles ont reçu des cadeaux du quotidien gouvernemental Al-Ahram d’une valeur d’environ un million de dollars. Les poursuites avaient été abandonnées en 2013 par le juge d’instruction après que les intéressés eurent remboursé la somme. Mais le parquet a fait appel.

Acquitté pour la mort de manifestants

Cette décision n’affectera pas celle du parquet de libérer Hosni Moubarak après son acquittement le 2 mars par la Cour de cassation pour la mort de centaines de manifestants durant la révolte qui a provoqué sa chute en 2011, ont-ils précisé. Il s’agissait alors de la dernière procédure judiciaire contre l’ancien président qui avait régné 30 ans d’une main de fer sur l’Égypte.

En janvier 2016, la cour d’appel avait confirmé une peine de trois ans de prison pour Hosni Moubarak et ses deux fils dans une affaire de corruption. Mais la peine prononcée tenant compte du temps déjà effectué en prison, ses deux fils, Alaa et Gamal, avaient été remis en liberté.

Âgé de 88 ans, Moubarak se trouve depuis décembre 2012 dans un hôpital militaire, où il avait été admis à la suite d’une chute dans la douche de sa prison.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici