Importation de viande brésilienne : la Côte d’Ivoire met à son tour le holà

Par - à Abidjan

Blairo Maggi, le ministre de l'Agriculture brésilien, accompagne un agent sanitaire pour un prélèvement de viande dans un supermarché de Brasilia, mercredi 22 mars 2017. © Eraldo Peres/AP/SIPA

Abidjan annonce des contrôles renforcés sur la viande brésilienne importée dans le pays. Il y a quelques jours, la police brésilienne a découvert que de gros exportateurs de viandes avaient corrompu des services d'hygiène afin de faire passer de la viande avariée pour de la viande consommable.

Le scandale de la viande avariée brésilienne qui secoue de nombreux pays est au cœur des préoccupations du gouvernement ivoirien. À l’instar d’autre pays ayant fermé partiellement ou totalement cette semaine leurs portes à la viande brésilienne, la Côte d’Ivoire a décidé de renforcer les contrôles sur la viande d’origine brésilienne.

« Les premiers contrôles que les services du ministère des Ressources Animales et Halieutiques ont fait ne montrent pas la présence de viande avariée sur le territoire national. Mon collègue du Commerce fera une déclaration dans les jours à venir », a expliqué Bruno Koné, porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication.

Selon les informations de Jeune Afrique, la Côte d’Ivoire a saisi l’ambassade du Brésil à Abidjan, et a demandé des informations complémentaires à son ambassade de Brasilia.

La Côte d’Ivoire gros importateur de viande

En 2011, selon les chiffres les plus récents du ministère des Ressources animales et halieutiques, la production de viande ivoirienne était estimée à 31 470 tonnes par an, pour une consommation totale qui atteignait 262 000 tonnes (soit environ 13 kilo par habitant et par an). Pour combler l’écart, le pays fait massivement appel aux importations, d’abord de ses voisins le Mali, le Niger ou le Burkina Faso, puis au Brésil. Le pays apparaît en tête des sources d’approvisionnement de la Côte d’Ivoire, devant la France. Le total des importations brésiliennes de viandes en Côte d’Ivoire s’est établi à 14 814 tonnes en 2016, contre 7 716 tonnes en 2012.

La Côte d’Ivoire est le troisième pays africains à prendre des mesures contre les importations de viande brésilienne, après l’Algérie et l’Afrique du Sud qui ont suspendu leurs importations à l’aune du scandale.

Selon l’AFP, le Brésil a demandé mercredi 22 mars aux pays de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de ne pas appliquer des « restrictions arbitraires » à l’importation, alors que le pays est en train de perdre certains de ses principaux marchés.

Vingt pays ont fermé partiellement ou totalement cette semaine leurs portes à la viande brésilienne, un rude coup pour un secteur qui a rapporté plus de 13 milliards de dollars à l’économie du géant sud-américain en 2016.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici