Fermer

Attentat de Londres : 4 morts, au moins 40 blessés et la piste du terrorisme islamiste privilégiée

Par Jeune Afrique avec AFP

Des membres des forces de l'ordre se pressent autour du palais de Westminster, à Londres, après une attaque décrite comme "terroriste" par la police, le 22 mars 2017. © Yui Mok/AP/SIPA

Quatre personnes, dont l'assaillant abattu par les forces de l'ordre, ont été tuées au cours d'une attaque mercredi devant le parlement britannique, à Londres, qualifiée de terroriste par la police. Une quarantaine de personnes ont également été blessées.

« Quatre personnes sont décédées. Cela inclut un policier et un homme qui est considéré comme étant l’assaillant » , a annoncé le chef de la police, Mark Rowley à la presse ce mercredi 22 mars devant le siège de Scotland Yard.

Vers 15h40, un individu a foncé à bord d’une voiture dans la foule sur le pont de Westminster, faisant une quarantaine de blessés, avant de poignarder à mort un policier à Old Palace Yard, l’entrée principale du Parlement.

L’assaillant, qui a agi seul selon les enquêteurs, et dont l’acte n’a pas été revendiqué pour le moment, a ensuite été « abattu par un autre policier », a indiqué le commandant Mark Rowley. Refusant de faire des commentaires sur l’identité de l’assaillant, le responsable a simplement ajouté que la police privilégiait « la piste du terrorisme islamiste ».

Des blessures « catastrophiques »

L’attaque a entraîné un vent de panique dans le centre de Londres. Selon l’agence britannique Press Association, un interne de l’hôpital St Thomas de Londres a qualifié de « catastrophiques » les blessures de plusieurs personnes.

Une femme grièvement blessée a été repêchée dans la Tamise, a indiqué l’Autorité portuaire de la capitale britannique. « Une femme a été retirée en vie de l’eau mais avec de graves blessures », a indiqué un porte-parole. « Nous partons du principe qu’elle est tombée ou a sauté du pont » de Westminster, où l’assaillant a lancé sa voiture sur la foule.

Des images montrent le député conservateur Tobias Ellwood, qui a perdu son frère dans un attentat à Bali, en Indonésie en 2002, pratiquer en vain un massage cardiaque sur le policier, un père de famille de 48 ans mortellement blessé.

Le Premier ministre français Bernard Cazeneuve a annoncé sur son compte Twitter que des lycéens français avaient été blessés lors de l’attaque. « Trois élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau (ouest), qui se trouvaient en voyage scolaire, figurent parmi les blessés », a précisé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Deux ressortissants roumains sont également blessés, a annoncé Bucarest, ainsi que cinq touristes sud-coréens, d’après l’agence Yonhap, et un Portugais, selon le gouvernement portugais.

Réunion de crise

La Première ministre britannique Theresa May « va bien », a déclaré à l’AFP un porte-parole de Downing Street. Elle a présidé une réunion de crise ce mercredi soir au 10, Downing Street, la résidence de la cheffe du gouvernement, a précisé une porte-parole du gouvernement.

Les présidents français François Hollande et américain Donald Trump ont appelé la Première ministre britannique. « J’ai parlé à la Première ministre britannique Theresa May pour lui présenter mes condoléances. Elle est forte et se porte très bien », a écrit le président américain sur Twitter.

« Les Londoniens ne se laisseront pas intimider par le terrorisme », a lancé le maire de Londres Sadiq Khan.

Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis les attentats suicide du 7 juillet 2005, revendiqués par des sympathisants d’Al-Qaïda, qui avaient fait 56 morts dans les transports en commun londoniens.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro