Fermer

Le Burundi, 2e pays le plus malheureux au monde d’après les Nations Unies

Un homme est arrêté par la police pendant une manifestation, à Bujumbura, au Burundi, en mai 2015. © Berthier Mugiraneza/AP/SIPA

Le monde a célébré ce lundi 20 mars la journée du bonheur. À cette occasion, un rapport commandité par les Nations unies sur le sujet établit que la Norvège est le pays où l'on est le plus heureux au monde. Le Burundi, lui, arrive sans surprise parmi les derniers pays du classement.

Le World Happiness Report concerne 155 pays. Et le Burundi occupe la 154e place, devant la République Centrafricaine, « pays le plus malheureux de la planète ».

Publié ce lundi 20 mars, journée internationale du bonheur, le classement prend en compte le PIB par habitant, l’aide sociale, l’espérance de vie à la naissance, la liberté de faire ses choix, la générosité et la confiance accordée aux dirigeants comme critères de classement.

« Le PIB par habitant et l’espérance de vie restent les variables clés. À elles seules, elles indiquent jusqu’à 50% le niveau du bonheur des différents pays », indique le rapport.

«  Une espérance de vie de 24h renouvelables »

C’est par ironie que la phrase sort souvent de la bouche des activistes de la société civile : « Le Burundi a une espérance de vie de 24 h renouvelables. » Soit 59,6 ans, selon le rapport de l’OMS de mai 2016. La surenchère trouve racine dans les différents cas d’assassinats et disparitions forcées qui ponctuent le quotidien des Burundais depuis plusieurs années.

Ce lundi 20 mars encore, un colonel de police a été retrouvé mort à Bujumbura. Iteka, la ligue burundaise des droits de l’Homme, recense 63 cadavres comme celui-ci, trouvés un peu partout dans le pays depuis le début de l’année 2017.

21 cas d’assassinats recensés sur les trois dernières semaines

SOS Torture, un collectif des défenseurs des droits humains locaux, dénombre pour sa part 21 cas d’assassinats sur les trois dernières semaines. En 2016, ce collectif en a recensé 249.

Une situation inquiétante, qui s’ajoute à une conjoncture économique très difficile. Au Burundi, selon le FMI, le PIB par habitant est de moins de 300 dollars, l’un des plus bas au monde. De quoi faire du Burundi « le deuxième pays le plus malheureux du monde ».

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro