Fermer

RD Congo : découverte de huit fosses communes dans le Kasaï Central, selon une enquête de RFI et Reuters

Des soldats de l'armée congolaise lors d'une mission de reconnaissance à 25 km de Goma en Octobre 2013. © Joseph Kay/AP/Sipa

Selon une enquête de RFI et de l'agence de presse Reuters, huit fosses communes ont été découvertes dans le centre de la RDC, théâtre de violences depuis neuf mois.

Depuis le début de l’année, au moins huit fosses communes ont été découvertes par les habitants de Tshimbulu, chef-lieu du territoire de Dibaya, dans la province du Kasaï Central, révèle une enquête de RFI et de Reuters, publiée lundi 20 mars.

« Le matin, nous sommes partis du village pour aller au champs. Et quand nous venions, nous avons vu des mouches voler, il y avait une forte odeur », explique un habitant de Tshimbulu, cité par RFI. « On a vu des bras, des jambes et même des cadavres entiers, ils étaient mal enfouis », poursuit ce témoin, montrant les ossements humains qui affleurent toujours dans cette fosses de dix mètres par cinq.

Selon cette enquête, cinq fosses communes ont d’abord été découverte sur la route de Kananga début janvier, après l’incursion d’un groupe de miliciens du chef traditionnel Kamwina Nsapu, tué lors d’une opération de police le 12 août 2016. Les habitants ont découvert un mois plus tard l’existence de deux nouvelles fosses sur cette même route. « Ce sont les militaires qui ont creusé ça. On a vu leur camion passer. Il est resté ici plus de deux heures », explique une paysanne qui habite à Tshimbulu, citée par RFI.

Selon la chaîne de radio, la Monusco a déjà transmis des informations au gouvernement congolais concernant dix fosses communes : trois à Tshimbulu et sept autres à Nkoto.

Plus de 200 morts depuis août

Partie du Kasaï Central, la rébellion de Kamwina Nspau a progressivement gagné le Kasaï Oriental et le Kasaï Occidental. Au total, les violences commises dans ce conflit auraient fait au moins 200 morts.

Dans un communiqué publié le 18 mars, la Monusco avait exprimé « ses vives préoccupations » au sujet de nouvelles allégations faisant état de violences à Kananga, capitale du Kasaï Central entre le 14 et le 17 mars. « Un nombre important de personnes auraient été tuées au cours d’affrontements entre des miliciens de Kamwina Nsapu et des membres des forces de sécurité congolaises », affirmait la mission onusienne dans le pays.

À ce titre, la Monusco s’était dit autant « préoccupée par les attaques des miliciens de Kamwina Nsapu contre les institutions et symboles étatiques » que par « l’utilisation disproportionnée de la force par les forces de défense et de sécurité, notamment en ciblant des civils, dont des femmes et des enfants ». Le chef de la Monusco, Mamam S. Sidikou avait donc demandé l’ouverture d’une enquête sur ces événements.

Pointées du doigt, le gouvernement congolais avaient déjà annoncé la création d’une commission d’enquête le 22 février dernier, après la diffusion d’une vidéo mettant en cause l’armée dans un massacre de civils.

Le ministre de la Communication Lambert Mende, contacté pour commenter les informations de RFI et Reuters, était pour l’heure injoignable par téléphone.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici