Fermer

Niger : une commission parlementaire va enquêter sur l’Uraniumgate

En juillet 2015, à Paris. Proche du président Issoufou, Hassoumi Massaoudou passe pour être l’un de ses « sécurocrates ». © Sandra Rocha pour JA

Les députés nigériens ont approuvé vendredi la mise en place d'une commission parlementaire pour enquêter sur une affaire douteuse de vente d'uranium. Comme Jeune Afrique l'explique dans son numéro à paraître le 19 mars, celle-ci intéresse également la justice française et concerne un montant d'environ 120 millions de dollars.

L’UraniumGate, comme l’a baptisé la presse nigérienne, n’a pas fini de faire parler. Alors que les députés nigériens ont approuvé vendredi 17 mars la mise en place d’une commission parlementaire pour enquêter sur l’affaire, une autre enquête est également en cours sur le même dossier au Parquet national financier de Paris, comme le détaille Jeune Afrique dans une enquête à paraître dans son numéro du 19 mars.

Que se cache-t-il derrière cette transaction multiple d’uranium présumée frauduleuse effectuée entre autres avec le Niger en 2011 ? Quel a été le rôle d’Hassoumi Massaoudou, actuel ministre des Finances ? Quelle est la responsabilité d’Areva dans ce montage douteux, qui implique le Liban, la Russie et Dubaï ? Où en est la justice française ?

Jeune Afrique revient, dans un dossier spécial sur le fiasco africain du géant français du nucléaire, sur les détails de l’affaire et sur le curieux destin de 5,5 millions de livres d’uranium, avec des documents et des témoignages inédits.

La une de Jeune Afrique n° 2932 © JA

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici