Nigeria : Aero Contractors licencie les deux tiers de ses effectifs

Par Jeune Afrique avec AFP

La compagnie aérienne nigériane Aero Contractors a licencié les deux tiers de ses effectifs. © AP/Sipa

La deuxième plus grande compagnie aérienne au Nigeria, Aero Contractors, a licencié un millier de personnes, soit les deux tiers de ses effectifs, pour tenter d'échapper à la faillite, a indiqué vendredi 17 mars l'agence gouvernementale qui la contrôle.

Selon la lettre envoyée cette semaine aux membres du personnel, la compagnie aérienne justifie ce licenciement massif par les « difficultés financières » d’Aero Contractors. Plus d’un millier de personnes sont concernées sur les 1 500 employés que compte la compagnie aéronautique nigériane.

La Société de gestion d’actifs du Nigeria (AMCON), une agence publique, avait racheté une partie d’Aero Contractors en 2011, puis pris le contrôle de la compagnie pour tenter d’endiguer ses dettes, et pour augmenter ses capacités de routage.

« Ne plus vivre dans le mensonge »

« Nous ne pouvons plus continuer à vivre dans le mensonge, a déclaré son porte-parole, Jude Mwauzor. Il fallait rationaliser les effectifs, parce que trop d’employés ne font rien ». Il a assuré que cette mesure était temporaire, avant de pouvoir « stabiliser Aero Contractors et retrouver son efficacité et sa rentabilité ».

Aero Contractors possède sept avions, mais seulement deux sont opérationnels, les autres étant actuellement en révision. Les pénuries de dollars dans le pays causées par une grave récession économique handicapent lourdement toutes les compagnies aériennes qui ne peuvent plus payer leurs fournisseurs de kérosène ainsi que les entreprises de maintenance basées à l’étranger.

Cette annonce est un nouveau coup dur pour le secteur, dont la gestion a été historiquement gangrenée par des impayés et par une corruption généralisée, et qui souffre de plein fouet de la crise économique. Aero Contractors avait déjà suspendu ses activités pendant quatre mois fin 2016, reconnaissant de « graves difficultés » financières.