Fermer

France : le camp de migrants de Grande-Synthe bientôt démantelé, selon le ministre de l’Intérieur

Par Jeune Afrique avec AFP

Vue de l'intérieur du camp de migrants de Grande-Synthe, près de Dunkerque, dans le nord de la France, en mars 2016. © Michel Spingler/AP/SIPA

Le ministre français de l'Intérieur Bruno Le Roux a annoncé mercredi son intention de lancer « le plus rapidement possible » le démantèlement du camp de Grande-Synthe où vivent quelque 1 500 migrants, près de Dunkerque.

« On ne peut plus laisser les choses continuer comme cela », a estimé le ministre de l’Intérieur auprès de l’AFP. La population de ce camp a fortement progressé depuis l’évacuation en octobre de la « jungle » de Calais (à une trentaine de kilomètres plus à l’ouest), où s’entassaient plusieurs milliers de migrants. Le « démantèlement progressif du camp (de Grande-Synthe) doit pouvoir démarrer le plus rapidement possible », a-t-il insisté.

Rixes et tensions entre réfugiés sont fréquentes à l’intérieur de ce camp ouvert en mars 2016 à l’initiative de la mairie écologiste, et selon les normes internationales en vigueur pour les sites humanitaires.

Bruno Le Roux s’est notamment inquiété de phénomènes « inacceptables ». Il a notamment mis en avant l’existence de « rançons » ou de « prêts » visant à « limiter l’accès » à des dispositifs comme les douches. 

Médecins du Monde donne l’alerte

L’organisation Médecins du Monde (MDM) a pour sa part dénoncé dans un communiqué « un abandon des pouvoirs publics » dans ce camp. « À la suite de la destruction d’une partie des abris, les 1 500 personnes officiellement recensées doivent aujourd’hui s’entasser dans moins de 300 cabanons devenus extrêmement vétustes car non entretenus. Ces conditions sanitaires détériorées et cette promiscuité affectent directement la santé des personnes. »

Et l’ONG de poursuivre : « si la situation continue de se détériorer, le camp de Grande-Synthe pourrait très rapidement devenir un épisode désastreux de plus dans la politique migratoire de la France, témoignant du manque de volonté politique dans la recherche de solutions pérennes. »

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro