Nigeria : Boko Haram diffuse une vidéo d’exécution inspirée des méthodes de propagande de l’État islamique

Par Jeune Afrique avec AFP

Membres du groupe Boko Haram. © AP/SIPA

Le groupe islamiste Boko Haram a publié lundi soir sur internet une vidéo mettant en scène une exécution dans le nord-est du Nigeria sur le modèle de la propagande de l'organisation État islamique (EI). Une première depuis que son chef Abubakar Shekau a prêté allégeance à l'EI en mars 2015.

Elle dure un peu moins de six minutes et comporte tous les attributs de l’horreur. Dans cette vidéo d’exécution, qui porte le logo de la faction du leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, les futurs suppliciés sont interrogés avec le drapeau noir de l’EI en fond.

Accusés d’espionnage pour le compte du Nigeria, ils portent tous de longues combinaisons oranges, à l’instar des victimes du groupe terroriste irako-syrien, qui voulait ainsi rappeler les tenues portées par les détenus de la prison américaine de Guantanamo.

Décapité avec un sabre

Masqués et vêtus de noir, les bourreaux emmènent en file indienne leurs victimes sur un chemin de brousse jusqu’à un terrain dégagé. Là, au moins l’un d’entre eux est décapité avec un sabre. « Ce sont vos espions qu’Allah a découverts », assène un homme juste avant l’exécution.

Aucune indication ne permet de savoir où ni quand cette exécution s’est déroulée. Cette vidéo a été diffusée sur une chaîne YouTube régulièrement utilisée par la faction d’Abubakar Shekau.

Une imitation déconcertante

Boko Haram met régulièrement en ligne des vidéos d’exécution. Mais c’est la première fois que le groupe terroriste nigérian reprend tous les codes des sinistres productions de l’État islamique. Techniquement, la vidéo semble aussi beaucoup plus élaborée qu’à l’accoutumée : images beaucoup plus nettes et moins granuleuses, meilleure prise de son, techniques de production et de montage qui rivalisent avec celles de l’EI…

La volonté d’Abubakar Shekau d’imiter la maison-mère peut sembler déconcertante, après la décision de l’EI en août dernier de le remplacer par Abou Mosab Al Barnaoui, le fils du fondateur de Boko Haram, pour diriger « l’État Islamique d’Afrique de l’Ouest ». Abubakar Shekau avait alors rejeté ce changement de leadership, affirmant qu’il restait à la tête du groupe. Il a depuis continué à mettre en ligne des vidéos ou des messages audio.