Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Par Jeune Afrique

Le sculpteur Kifouli Dossou. © http://kifoulidossou.blogspot.fr

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.

Dans un texte commun adressé aux organisateurs, Elise Atangana, Abdelkader Damani, Barthélémy Toguo et Marie-Ann Yemsi écrivent : "Il vous appartenait de garantir la crédibilité de cette distinction en évitant tout risque de conflit d’intérêts. Un soupçon de collusion […] entache malheureusement [sa] crédibilité et vous comprendrez que cela puisse nous affecter."

>> Lire aussi : le Béninois Kifouli Dossou reçoit le premier prix Orisha pour l’art contemporain africain

En cause, le fait que le financier franco-béninois Lionel Zinsou soit actionnaire de la maison de ventes aux enchères Piasa, qui accueillait la soirée de remise du prix ; que la fondation Zinsou en soit partenaire ; et que l’artiste récompensé ait été présenté par Marie-Cécile, la fille de ce même Zinsou.

Timothée Chaillou, l’organisateur, rétorque que "le jury ayant délibéré en toute impartialité" nul ne peut lui reprocher le choix qu’il a fait. À l’en croire, c’est l’approche esthétique de Kifouli Dossou qui gênerait les protestataires.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici