Quelles villes africaines offrent la meilleure qualité de vie ?

Port-Louis. L'Ile Maurice est régulièrement bien placée dans le classement Doing Business. © Fabien Mollon pour Jeune Afrique

Trois sud-africaines, Durban, Le Cap et Johannesburg figurent dans le célèbre classement des 100 villes où il fait bon vivre, rendu public par le cabinet Mercer. Elle sont cependant dépassées par Port Louis, capitale de l'Île Maurice.

Quatre métropoles africaines conservent leur place dans le classement 2017 des 100 villes pour la meilleure qualité de vie selon Mercer. Le cabinet de conseils en ressources humaines publie ce 14 mars son classement des villes dans le monde où il fait bon vivre. Dans ce listing prestigieux, Port Louis, la capitale de l’île Maurice, occupe ainsi la 84e place pour ce qui est de la qualité de vie mais la 94e pour ce qui concerne ses infrastructures.

En plus de son célèbre classement des villes où il fait le mieux vivre, Mercer produit un classement des grandes villes en fonction de leurs infrastructures. Il prend en compte des éléments tels que l’accès à l’eau potable et à l’électricité, l’état du réseau téléphonique, de la distribution du courrier, des transports publics et de la circulation ainsi que le nombre de vols internationaux à l’aéroport local.

« L’instabilité économique, l’agitation sociale et les soulèvements politiques croissants s’ajoutent aux défis complexes auxquels font face les compagnies multinationales quand elles doivent analyser la qualité de vie de leurs travailleurs expatriés », explique Ilya Bonic, de chez Mercer.

L’Afrique du Sud reste attractive pour les investisseurs et pour l’envoi d’expatriés sur place par les compagnies étrangères.

En dépit des difficultés politiques et économiques qui agitent l’Afrique du Sud, le pays reste attractif pour les investisseurs et l’envoi d’expatriés sur place par les compagnies étrangères. Durban se positionne ainsi à la 87e place dans le classement des grandes villes pour la qualité de vie – mais 135e du classement concernant les infrastructures. La grande ville de l’est du pays, qui n’organisera finalement pas les jeux du Commonwealth 2022,  est suivie de près du Cap et de Johannesburg, respectivement 94e et 96e du classement.

Mauvaise qualité des infrastructures

À l’autre bout du spectre, la triste place des pires villes africaines en termes de qualité de vie est occupée successivement par Brazzaville au Congo (224e), N’Djamena au Tchad (226e), Khartoum au Soudan (227e) et Bangui (230e) en RCA.

En raison de la très mauvaise qualité de leurs installations, un problème récurrent pour beaucoup de grandes villes en Afrique selon Mercer, les mêmes villes occupent à peu près les mêmes positions dans le classement des villes selon la qualité de leurs infrastructures : N’Djamena (224e), Bangui (226e), Conakry (227e) et Brazzaville (228e).

Quelques villes africaines sont en revanche mieux classées à ce niveau, telles que le Cap (101e position), Tunis (104e), et Victoria, la capitale des Seychelles (109e place).

Luanda est ainsi à la fois la ville la plus chère pour les expatriés en Afrique mais aussi dans le monde.

À l’échelle globale, Vienne occupe la première place pour la qualité de vie pour la 8e année consécutive, suivie par d’autres villes européennes telles que Zurich, Munich, Düsseldorf, Francfort, Genève, Copenhague, et Bâle. Singapour occupe, elle, la meilleure place du classement selon les infrastructures, suivie de Francfort et de Munich à égalité en seconde position.

Ces résultats sont à rapprocher d’un autre liste, publiée en décembre dernier et réalisée par le cabinet de consultants ECA International qui liste quant à lui les villes les plus chères pour les expatriés. Selon ce classement, Luanda, la capitale angolaise, est ainsi à la fois la ville la plus chère en Afrique mais aussi dans le monde.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici