Fermer

Télécoms : Etisalat envisage de quitter le Nigeria

Un stand d'Etisalat au Nigeria, en avril 2013. © AP/SIPA

L'opérateur de téléphonie d'Abou Dhabi souhaite se désinvestir de sa filiale nigériane, selon l'agence Reuters. La récession qui frappe la première économie du continent complique le remboursement de la dette d'Etisalat Nigeria, qui équivaut à 1,2 milliard de dollars.

Etisalat pourrait vendre ses parts d’Etisalat Nigeria, selon une dépêche de l’agence Reuters publiée le 13 mars. Mais avant cela, l’opérateur de téléphonie mobile basé à Abou Dhabi souhaiterait obtenir une restructuration de la dette de sa filiale.

La banque centrale du Nigeria et le régulateur des télécoms sont parvenus le 10 mars dernier à un accord avec plusieurs banques et ont décidé de ne pas mettre Etisalat Nigeria sous tutelle, ce qui aurait eu pour effet de dissuader les investisseurs et d’accroître la dette. On ignore encore si Etisalat, qui possède 45% de sa filiale au Nigeria, envisage de s’en désengager complètement.

En 2013, Etisalat Nigeria avait obtenu 1,2 milliard de dollars de la part de 13 banques nigérianes, une somme utilisée pour re-financer un emprunt de 650 millions de dollars et moderniser son réseau. Parmi elles, quelques poids lourds du secteur bancaire tels que Fist Bank. Mais aussi Access Bank, à qui Etisalat doit 40 milliards de nairas, soit 127 millions de dollars, d’après Herbert Wigwe, son directeur général.

Récession

Mais depuis, la situation économique du Nigeria s’est fortement dégradée. La première économie du continent est officiellement entrée en récession le 1er septembre dernier. Sa monnaie, le naira, a perdu un tiers de sa valeur par rapport au dollar et les devises étrangères ont commencé à manquer.

Comme d’autres sociétés étrangères au Nigeria qui peinent désormais à rembourser leurs prêts, Etisalat a été durement affecté par la chute des cours du brut qui touche le Nigeria. La baisse des revenus du pétrole a entraîné une dévaluation de la monnaie nationale et une baisse des réserves de change.

Selon les données du régulateur nigérian des télécoms, Etisalat compte 20 millions d’abonnés au sein du pays le plus peuplé du continent, avec 186 millions d’habitants. Ce qui en fait le quatrième plus grand opérateur de téléphonie mobile du pays, avec 14% de parts de marché. Ses rivaux, le sud-africain Etisalat, le nigérian Globacom et l’indien Airtel en possèdent respectivement 47%, 20% et 19%.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro