Fermer

Mali : deux soldats et deux civils tués par des jihadistes présumés dans le nord

Par Jeune Afrique avec AFP

Des soldats maliens accompagnés d'anciens rebelles en patrouille à Gao, dans le nord du Mali, le 23 février 2017. © Baba Ahmed/AP/SIPA

Deux soldats maliens et deux civils ont été tués lundi dans le nord du Mali, au cours d'une attaque menée par des jihadistes présumés, selon une source sécuritaire et le ministère de la Défense.

L’attaque a été perpétrée lundi 13 mars par des « assaillants armés » dans les environs du village de Fafa, près de la frontière avec le Niger, a affirmé une source sécuritaire jointe par l’AFP depuis Ansongo, proche de la zone concernée.

« Nous avons malheureusement perdu deux hommes. Deux civils ont été tués également. Deux véhicules de l’armée ont également (été) emportés » par les assaillants, a ajouté la même source selon laquelle « ce sont des jihadistes qui agissent de la sorte ». Selon cette source, l’unité des forces armées maliennes qui a été attaquée « assurait la protection des forains dans la zone ».

Deuxième attaque en huit jours

Le bilan de l’attaque a été confirmé par le ministère de la Défense qui a fait en outre état de deux soldats blessés lors de cette attaque, sans donner plus de détails. Celui-ci a par ailleurs confirmé que des renforts étaient en route lundi vers la zone de l’attaque.

L’armée avait demandé aux habitants de rentrer pour éviter des morts de civils en cas de nouveaux affrontements, a affirmé à l’AFP un habitant dans le voisinage. Cette attaque intervient huit jours après celle contre une base militaire à proximité de la frontière burkinabè, au cours de laquelle onze soldats maliens ont été tuées.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici