Fermer

Égypte : la justice approuve la remise en liberté d’Hosni Moubarak

Par Jeune Afrique avec AFP

L'ancien président égyptien, Hosni Moubarak, dans un sommet France-Afrique tenu à Cannes le 16 février 2007. © LIONEL CIRONNEAU/AP/SIPA

Hosni Moubarak, l’ancien président égyptien pourrait être remis en liberté prochainement. Farid Al-Deeb, son avocat, a assuré à la presse que le parquet avait accepté ce 13 mars sa demande de remise en liberté, après qu’il a été acquitté par la cour de Cassation, au Caire, début mars.

L’ex-dirigeant égyptien avait été condamné à la prison à vie en 2012, pour « meurtres et tentatives de meurtres sur des manifestants, abus de pouvoir et de biens sociaux et atteinte aux intérêts de l’État ». Des faits survenus en 2011, durant les jours de manifestations qui ont précédé sa chute. Et dans lesquels il nie toute implication, depuis des années.

Moubarak était aussi visé par un autre procès, pour corruption, et reconnu coupable mais sa condamnation à trois ans de prison, prononcée en 2016, tenait compte du temps déjà effectué en détention.

Rien ne semble donc plus s’opposer à sa libération, au grand dam des familles de victimes.

Plus d’obstacles à sa libération

Son avocat a par ailleurs précisé à la presse qu’Hosni Moubarak, retenu dans un hôpital militaire du Caire « pourra rentrer chez lui lorsque les docteurs diront qu’il peut sortir ».

L’ex-raïs, qui a régné 30 ans d’une main de fer sur l’Egypte, a été jugé dans plusieurs affaires depuis son retrait du pouvoir début 2011. Depuis l’accession au pouvoir du général Al-Sissi en 2013, un certain nombre de dignitaires de l’ancien régime poursuivis ont été eux aussi acquittés par la justice égyptienne.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro