Fermer

Nigeria : le président Buhari reprend ses fonctions malgré les interrogations sur son état de santé

Par Jeune Afrique avec AFP

Le président du Nigeria Muhammadu Buhari est accueilli par son vice-président Yemi Osinbajo à son arrivée à l'aéroport d'Abuja le 10 mars 2017, après un séjour médical de deux mois à Londres. © Sunday Aghaeze/AP/SIPA

Absent du pays pendant deux mois, le président nigérian Muhammadu Buhari a officiellement repris ses fonctions lundi, selon un communiqué officiel.

« Le président Muhammadu Buhari a repris ses fonctions après ses congés », a déclaré un conseiller spécial en communication du président, Femi Adesina. « Conformément à l’article 145 de la Constitution de 1999 (…), le Président a officiellement transmis des lettres au Sénat et à la Chambre des représentants », a-t-il ajouté.

« J’ai repris mes fonctions de président de la République fédérale du Nigeria, qui prennent effet à compter du lundi 13 mars 2017, après mes congés », a ainsi écrit Muhammadu Buhari à l’Assemblée nationale, selon le communiqué présidentiel.

Le silence d’Abuja

Depuis le départ à Londres du président nigérian le 19 janvier dernier, initialement pour des « congés annuels », les rumeurs vont bon train sur son état de santé, certaines le disant mort ou très gravement malade. Des allégations alimentées par le silence des autorités d’Abuja sur la nature du traitement suivi par le chef de l’État. Son porte-parole avait seulement déclaré que les médecins lui avaient recommandé « une plus longue période de repos » après des « examens médicaux de routine ».

Le retour de Muhammadu Buhari au Nigeria vendredi matin n’aura pas suffi à faire taire les spéculations, le président étant apparu très amaigri et fragile lors de sa descente d’avion. Il a par ailleurs déclaré avoir « besoin d’un suivi (médical) dans les prochaines semaines », sous-entendant qu’il pourrait repartir en Angleterre se faire soigner.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro