Guinée : Toumba Diakité extradé et placé en détention à la Maison centrale de Conakry

Aboubacar Sidiki Diakité (à dr.), dit Toumba Diakité, a été extradé vers la Guinée dimanche 12 mars 2017. © SCHALK VAN ZUYDAM/AP/SIPA

Le lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba a été extradé de Dakar vers Conakry dimanche soir. Cet ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara avait été interpellé en décembre 2016 par les services de sécurité sénégalais, après sept ans de cavale.

« Effectivement, Toumba Diakité a bien été extradé. Il est arrivé à l’aéroport menotté », a confirmé à Jeune Afrique un travailleur de l’aéroport de Conakry.

Poursuivi pour sa participation présumée dans le massacre du 28 septembre 2009 qui avait fait 150 morts selon des organisations de défense des droits de l’Homme, Aboubacar Sidiki Diakité aurait aussitôt été placé en détention à la Maison centrale de Conakry, située dans le centre administratif et des affaires de Kaloum, selon le commissaire Boubacar Kassé, porte-parole de la police nationale.

Toumba Diakité serait ainsi arrivé à Conakry aux environs de 19h, à bord d’un vol régulier de Brussels Airlines, accompagné de Yaya Kairaba Kaba, avocat général de la Cour d’appel de Conakry. Contacté par téléphone par Jeune Afrique, il assure qu’il « ne peu[t] parler qu’avec l’autorisation de [s]a hiérarchie ». C’est-à-dire le ministre de la Justice, Cheick Sako, qui doit rentrér en Guinée ce lundi 13 mars.

« Toumba Diakité sera présenté à un juge »

Rédacteur de la demande d’extradition, Sidy Souleymane N’diaye est procureur de la République du tribunal de première instance de Dixinn, « juridiction territorialement compétente ». Il explique que « Toumba Diakité sera présenté à un juge qui procédera à une instruction préparatoire, conformément à la législation nationale ». « Je salue au passage la coopération des autorités sénégalaises », a ajouté le procureur.

La FIDH (fédération internationale des droits de l’Homme) et ses représentants guinéens ont salué la démarche. Pour eux, l’extradition de Toumba Diakité « constitue un signal puissant en faveur de la lutte contre l’impunité en Afrique de l’Ouest ». Même réaction au sein de l’Avipa (association des victimes, parents et amis du 28 septembre), pour qui l’extradition et l’incarcération de Diakité « démontrent que la justice guinéenne a la volonté de s’attaquer à l’impunité et d’organiser un procès crédible et [attendu] ».

Me Baba Diop, l’avocat sénégalais de Toumba Diakité dénonce de son côté une violation de la procédure et soutient que son client a été expulsé et non extradé. La procédure devait être suspendue le temps que la Cour suprême sénégalaise examine son recours, pense l’avocat. Le procureur Sidy Souleymane N’diaye répond que « la Guinée n’a fait que rédiger et envoyer la demande d’extradition, dans le respect des délais. La procédure s’est déroulée au Sénégal et a été dirigée par les autorités judiciaires sénégalaises ».