Fermer

Tunisie: Youssef Chahed ressoude son gouvernement après des tensions

Par Jeune Afrique avec AFP

Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, après une rencontre avec François Hollande, à l'Élysée, à Paris, le 10 novembre 2016. © Francois Mori/AP/SIPA

Partis de la majorité, patronat et syndicat ont réaffirmé samedi leur "soutien" au gouvernement d'union tunisien lors d'une "réunion d'apaisement" autour du chef du gouvernement, après une période de tensions née d'un remaniement.

« Le climat a été sain, les discussions très sereines et en toute transparence. (…) C’était une réunion d’apaisement », a déclaré à l’AFP le conseiller en communication de Youssef Chahed, Mofdi Mseddi.

Tentative d’apaisement social et politique

Au terme de cette rencontre de plusieurs heures, le chef du gouvernement a pu réaffirmer « solennellement le soutien de l’ensemble des signataires de l’accord de Carthage », a-t-il ajouté.

Le gouvernement dit « d’union nationale » de Youssef Chahed est entré en fonctions l’été dernier après des semaines de pourparlers et la signature, sous l’égide du président Béji Caïd Essebsi, d’une feuille de route par plusieurs partis politiques, le syndicat UGTT et le patronat Utica.

De vives tensions sont toutefois apparues fin février à l’occasion d’un remaniement marqué par un changement de titulaire au poste stratégique de ministre de la Fonction publique: un dirigeant de l’Utica, Khalil Ghariani, devait y remplacer Abid Briki, un ex responsable de l’UGTT.

Face à la polémique, Khalil Ghariani a renoncé, avant que Youssef Chahed n’annonce la suppression pure et simple de ce ministère, désormais géré directement par ses propres services.

Alors que les ministres entrants feront l’objet vendredi prochain d’un vote de confiance au Parlement, la réunion de samedi a porté sur « les grandes réformes, l’apaisement social, la relance économique », a encore précisé le conseiller du chef du gouvernement.

Quatre réformes « essentielles »

Si la Tunisie, unique pays rescapé du Printemps arabe, a réussi sa transition politique, elle reste engluée dans la morosité économique et sociale six ans après sa révolution.

« Nous avons un défi socio-économique à réussir pour renforcer et ancrer définitivement cette expérience démocratique », a répété samedi Youssef Chahed dans un entretien à TV5 Monde.

Il a cité « quatre réformes essentielles » à mener en 2017, sur « la sécurité sociale, la fonction publique, le financement de l’économie et la restructuration des entreprises publiques ».

« La Tunisie est un pays capable de faire une croissance à deux chiffres » si elle parvient à « changer le modèle de développement économique suivi depuis l’indépendance », a-t-il plaidé.

Face aux difficultés, ce pays d’Afrique du nord a dû conclure l’an dernier un nouveau plan d’aide de 2,9 milliards de dollars sur quatre ans auprès du Fonds monétaire international (FMI).

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici