Fermer

Gabon: le dialogue politique voulu par Ali Bongo débutera le 28 mars

Par Jeune Afrique avec AFP

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, au Palais de l'Élysée pour la préparation de la COP21, à Paris, le 10 novembre 2015. © Francois Mori/AP/SIPA

Le "dialogue politique" pouvoir-opposition, voulu par le président du Gabon Ali Bongo Ondimba après sa réélection contestée en août, s'ouvrira le 28 mars, sans son principal rival Jean Ping qui a d'ores et déjà annoncé qu'il boycotterait ce forum.

Ce dialogue portera sur « la réforme des institutions et la consolidation de l’Etat de droit démocratique », « les réformes électorales » et « la modernisation de la vie publique », selon un décret adopté vendredi en Conseil des ministres et publié samedi par le quotidien national l’Union.

Participation citoyenne

Une première phase « citoyenne » permettra à la société civile d’apporter « ses contributions », tandis qu’une autre étape « sera consacrée exclusivement aux partis politiques », selon le texte.

Ali Bongo avait proposé ce dialogue « à tous les responsables politiques, y compris les candidats malheureux » à l’élection présidentielle dès la validation de sa réélection le 24 septembre par la Cour constitutionnelle qui a rejeté un recours de Jean Ping.

Une partie de l’opposition a participé en février aux travaux d’un comité préparatoire « paritaire » pour organiser ce « dialogue inclusif et sans tabou », qui doit avoir lieu à Libreville.

Boycott de Jean Ping

En revanche, la Coalition pour la nouvelle République (CNR) de Jean Ping et ses partisans n’a participé « ni de près ni de loin » à ces travaux préparatoires, avait indiqué à l’AFP son porte-parole, Jean Gaspard Ntountoume.

Jean Ping se proclame toujours « le président élu », s’appuyant notamment sur le rapport final de la mission d’observation électorale de l’Union européenne.

Présenté en décembre à Libreville, ce rapport, contesté par le gouvernement, pointe des « anomalies » qui « mettent en question l’intégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final de l’élection ».

Le communiqué du conseil des ministres assure de son côté que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, considère que « l’élection présidentielle du 27 août est désormais derrière nous ».

Le chef de la diplomatie gabonaise, Pacome Moubelet-Boubeya, a rencontré Antonio Guterres il y a quelques jours, avait indiqué son ministère dans un communiqué. Des élections législatives doivent se tenir au Gabon d’ici fin juillet.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro