Fermer

RD Congo : Antonio Guterres veut renforcer la présence de l’ONU à l’approche des élections

Par Jeune Afrique avec AFP

Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU, le 12 avril 2016 à New York. © Richard Drew/AP/SIPA

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a demandé le 10 mars au Conseil de sécurité d'envoyer 320 Casques bleus supplémentaires en République démocratique du Congo par crainte de possibles poussées de violence avant les élections, prévues fin juin.

Dans un rapport consulté par l’AFP, Antonio Guterres dit être « très inquiet de la forte augmentation des violations des droits de l’homme », et estime que les nouvelles unités de soldats pour la Monusco (la Mission de l’ONU en RDC) aideraient à protéger les civils.

Prévenir une « flambée de violence »

Il a proposé que deux nouvelles unités soient déployées dans les villes de Lubumbashi et de Kananga, « qui risquent d’être des points chauds pour les élections » et où il n’y a pas de police de l’ONU pour le moment.

« De telles forces pouvant intervenir rapidement dans ces centres urbains clés amélioreraient les capacités de la mission à protéger les civils, de même que les personnels des Nations unies et leurs installations, en cas de flambée de violence liée aux élections », indique Antonio Guterres.

Celui-ci a aussi requis 36 véhicules blindés de transport de troupes supplémentaires pour les Casques bleus.

L’ONU dispose déjà de près de 19 000 soldats déployés en RDC, sa mission de maintien de la paix la plus importante et la plus coûteuse.

Décision le 29 mars

« L’année 2017 va être cruciale pour la République démocratique du Congo », ajoute Antonio Guterres dans le rapport envoyé au Conseil vendredi. « La présence de la Monusco dans le pays reste ainsi essentielle pour maintenir le processus politique sur les rails, préserver les avancées et renforcer les perspectives de stabilité dans le pays ».

L’an dernier le précédent secrétaire général, Ban Ki-moon, avait proposé de réduire de 1 700 soldats la Monusco mais le Conseil de sécurité avait voté contre cette mesure.

Le Conseil doit voter d’éventuels changements à la Monusco le 29 mars.

La demande d’Antonio Guterres intervient alors que l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley a promis une révision de toutes les missions de maintien de la paix, avec pour objectif d’en réduire les coûts et d’en fermer certaines.

Les Etats-Unis ont très peu de Casques bleus sur le terrain mais ils sont le plus gros contributeur financier aux missions de maintien de la paix, apportant 29% du budget total de 7,9 milliards de dollars par an.

Hausse des violations

La Monusco a relevé 5 190 violations des droits de l’homme en RDC l’an dernier, une hausse de 30% par rapport à 2015. « La police nationale reste la principale responsable de ces violations, avec un total de 1 553 abus », souligne le rapport de l’ONU.

Le pouvoir et l’opposition ont signé le 31 décembre un accord de cogestion sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). Cet accord censé sortir le pays de la crise est resté inappliqué et la mort à Bruxelles d’un opposant historique, Etienne Tshisekedi, est encore venue compliquer les choses.

Le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a demandé mercredi à Genève l’établissement d’une commission d’enquête sur les violences contre les civils en RDC.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro