Botswana : pour son second mandat, Ian Khama promet de diversifier l’économie

Par Jeune Afrique

Ian Khama lors de sa campagne électorale, le 24 octobre 2014. © AFP

Après la victoire de sa formation politique, Parti démocratique du Botswana (BDP), aux législatives, Ian Khama a été investi mardi pour un second mandat à la tête du pays. Il promet d'intensifier ses efforts pour diversifier l'économie nationale.

"La clé pour obtenir une croissance économique durable et diversifiée (…) réside dans le développement de notre peuple", a déclaré, le 28 octobre, Ian Khama lors de son discours d’investiture. Pour permettre au pays de s’affranchir de sa dépendance au diamant, le président du Botswana compte désormais miser sur l’agriculture, le tourisme et le secteur des technologies.

Des projections situent en effet l’extinction des réserves de diamants en 2025, et le Botswana a subi de plein fouet les conséquences de la chute des cours après la crise mondiale de 2009. Le ralentissement de l’économie a provoqué un chômage important, notamment chez les jeunes, et un appauvrissement global de la population.

Priorité à d’autres secteurs

Pour l’heure, le diamant reste toujours la principale richesse du pays, et contribue à 30 % du PIB et à plus de 70% des recettes à l’exportation.

"Notre réussite pour faire de notre pays une plaque tournante mondiale du diamant doit nous servir d’exemple pour ce que nous pouvons aussi accomplir dans d’autres secteurs", a déclaré le chef de l’État, réélu mardi après la victoire de sa formation politique, Parti démocratique du Botswana (BDP), aux élections législatives.

Ian Khama a également assuré que l’éducation et la formation seraient ses priorités pour lutter contre la pauvreté.

(Avec AFP)

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique