Fermer

Vidéo – Au crédit coopératif participatif du Cameroun, une équipe presque 100% féminine

Les employés de CCPC démarchent leur clientèle directement sur le marché de Sandaga, à Douala. © Capture d'écran/Réussite

En quelques années, l’agence camerounaise de micro-crédit CCPC a multiplié par cinq le nombre de ses clients. Sa botte secrète ? Embaucher des femmes, et s’adresser, sans intermédiaire, à une clientèle modeste.

Au cœur de Douala, entre les stands du marché de Sandaga : c’est là que CCPC trouve ses nouveaux clients. Une méthode de démarchage sur le terrain qui se révèle semble-t-il efficace puisqu’aujourd’hui, les petits commerçants représentent la majeure partie de son chiffre d’affaire.

À la tête de l’entreprise, une femme : Valérie Neim. Quand elle prend la direction de CCPC, la société est en perte de vitesse. C’est à travers de nouvelles techniques de management que la patronne, passée par les hautes sphères de la finance internationale, parvient à inverser la tendance. Jusqu’à faire travailler sept fois plus d’employés ! Ou plutôt d’employées.

Une équipe très féminine

La « Margaret Thatcher du Cameroun » comme elle se surnomme elle-même, a opté pour une équipe à 85% féminine car elle estime que « sur le plan de l’intégrité, on a beaucoup moins de problèmes avec les femmes que les hommes ».

Contrôleuses et commerciales vont, chaque mois, à la pêche au client sur les marchés et contrôler directement dans leurs boutiques, les commerçants qui passent par le CCPC pour financer leur échoppe.

La stratégie féminine et tout-terrain de CCPC portera-t-elle ses fruits ? Elle reste une petite agence parmi les 650 présentes dans le pays, mais Valérie Niem projette de multiplier par 20 son capital d’ici quelques années.

 

 

Réussite est un magazine mensuel économique co-produit par le groupe Jeune Afrique, Canal + Afrique et Galaxie Presse.

Partagez vos réactions sur notre page Facebook ou sur Twitter avec #reussiteCP.

Retrouvez tous les reportages de Réussite en cliquant ici.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici