Cinq ans après la mort du soldat français Imad Ibn Ziaten, victime de Mohamed Merah, sa famille se rassemble au Maroc

Affiche de l'hommage organisé par la famille Ibn Ziaten avec le soutien des institutions marocaines. © DR.

Les autorités marocaines ont décidé de soutenir la famille de feu Imad Ibn Ziaten, victime de Mohamed Merah, dans son travail de mémoire, alors même que l'État français s'est montré peu actif.

« Le roi lui-même s’est assuré que nous soyons soutenus dans notre démarche », nous dit Ilyasse Ibn Ziaten, frère de Imad, militaire français tué par le terroriste Mohammed Merah le 11 mars 2012 et membre de l’association Imad pour la jeunesse et pour la paix, que préside Latifa Ibn Ziaten, leur mère, franco-marocaine.

Imad Ibn Ziaten, sous-officier dans l’armée française, d’origine marocaine, avait été enterré à M’diq, au nord du royaume. « Nous n’avions pas de nouvelles des autorités françaises concernant un hommage pour la cinquième année du décès de Imad » poursuit Ilyasse Ibn Ziaten, visiblement étonné de cette « absence ». Et d’assurer : « Dès que nous avons manifesté notre intention de nous rassembler au Maroc, le roi et les autorités nous ont assuré de tout leur soutien. »

Une famille militante contre le terrorisme

L’ensemble de la famille Ibn Ziaten se rassemblera donc samedi et dimanche 11 et 12 mars à M’diq, pour ce qui s’apparentera à une cérémonie officielle. « Ce sont les Marocains qui prennent notre déplacement en charge » précise ainsi Ilyasse, qui semble reconnaissant de ce soutien des institutions marocaines.

L’association Imad pour la jeunesse et pour la paix, qui a reçu le soutien de personnalités connues comme celui de l’humoriste Jamel Debbouze, ambitionne « de prévenir les dérives sectaires et extrémistes » selon ses propres termes. Il arrive que des projets et des voyages soient organisés au Maroc dans ce cadre. « Mais pour ce qui est de ce week-end, il s’agit vraiment purement d’un hommage à un jeune homme, pas tant d’une action pédagogique » insiste Ilyasse Ibn Ziaten.