Fermer

Sénégal : inculpé pour détournement de deniers publics, Khalifa Sall a été incarcéré

Khalifa Sall en 2015 © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

Au terme de son audition ce mardi par un juge d'instruction, le maire de Dakar n'est pas ressorti libre du Palais de justice. Accusé de détournement de deniers publics et d'association de malfaiteurs, il a été écroué dans la soirée avec six de ses collaborateurs.

« On a fini. C’est un mandat de dépôt. » Il est 23h30 à Dakar, ce mardi 7 mars, lorsqu’un membre du collectif des avocats de Khalifa Sall, à peine ressorti du cabinet du doyen des juges d’instruction, adresse à Jeune Afrique ce SMS laconique, confirmant le placement en détention provisoire du maire de Dakar.

Lui-même, pourtant, ne semble pas surpris. Anticipant l’issue de ce face-à-face, il avait rédigé par avance, avec ses confrères, un communiqué de presse aussitôt diffusé aux médias. « Cette arrestation et cette détention n’ont pour but que de freiner Monsieur Khalifa Sall dans ses ambitions politiques, en l’empêchant de se présenter aux prochaines élections législatives et présidentielle, prévues respectivement en juillet 2017 et février 2019 », clament ses avocats dans ce texte.

Selon eux, l’arrestation et la détention du maire socialiste de la capitale sénégalaise « sont arbitraires en ce qu’elles sont fondées exclusivement sur des raisons politiques et procèdent d’une instrumentalisation de la justice sénégalaise ».

Des soupçons sur la « caisse d’avance »

Depuis 16 heures le même jour, Khalifa Sall et plusieurs de ses collaborateurs à l’hôtel de ville se sont succédé dans le cabinet du juge. Deux percepteurs municipaux, qui ont ouvert le bal, ont bénéficié d’une mesure de clémence, le magistrat les laissant en liberté sous contrôle judiciaire.

Tour à tour, le directeur des affaires financières de la mairie, son adjointe, le chef de la division financière et comptable et trois autres personnes ont en revanche été placés sous mandat de dépôt. Lorsque Khalifa Sall pénètre, le dernier, dans le cabinet d’instruction, le scénario semble écrit d’avance.

Lui aussi a préparé son texte. Dans une déclaration liminaire de quatre pages, que Jeune Afrique a pu consulter, l’édile s’efforce de dissiper les soupçons qui pèsent sur l’utilisation, entre 2011 et 2015, de la « caisse d’avance » : une enveloppe mensuelle de 30 millions de F CFA que le maire est susceptible d’utiliser au profit des populations dans le besoin.

Un rapport d’audit de l’Inspection générale d’État (IGE) récemment transmis à la justice met en cause la probité des factures présentées pour justifier a posteriori l’affectation de ces sommes. « Je conteste formellement avoir jamais détourné le moindre denier public. Je suis un ordonnateur de crédits et non un comptable public, de sorte qu’il ne peut m’être demandé la production de justificatifs de dépenses », se justifie Khalifa Sall.

« Victime d’une cabale politique »

Après son exposé, plusieurs de ses avocats plaideront la cause du maire de Dakar, sans succès. Placé sous mandat de dépôt à l’issue de son audition, Khalifa Sall, frondeur au sein du parti socialiste et challenger putatif de Macky Sall lors de la présidentielle de 2019, a passé sa première nuit à la prison de Rebeuss, à Dakar.

Il est notamment inculpé pour détournement de deniers publics, association de malfaiteurs, faux et usage de faux. « Khalifa Sall s’estime victime d’une cabale politique, il réclame justice et le respect de ses droits fondamentaux », estime l’un de ses avocats.

D’ores et déjà, plusieurs leaders de l’opposition ont fait connaître leur soutien au maire de la capitale, à moins de quatre mois des législatives, prévues le 30 juillet.