États-Unis : pour Ben Carson, les esclaves étaient des immigrés

Par Jeune Afrique avec AFP

Ben Carson au côté de Donald Trump, en août 2016. © Gerald Herbert/AP/SIPA

En assimilant les esclaves à des immigrés à la poursuite du rêve américain hier, le secrétaire au Logement de Donald Trump, Ben Carson, s'est attiré les foudres des internautes et des associations.

« C’est ça l’Amérique : une terre de rêves et d’opportunités », a-t-il déclaré ce lundi 6 mars devant les fonctionnaires de son ministère, le jour de la présentation d’un nouveau décret migratoire concocté par l’administration Trump.

« Il y a eu [des] immigrés qui sont venus ici au fond des navires négriers, qui ont même travaillé plus longtemps et plus dur et pour obtenir moins » a-t-il conclu. « Mais eux avaient aussi le rêve qu’un jour leurs fils, leurs filles, leurs petits-fils, leurs petites-filles, leurs arrière-petits-fils, leurs arrière-petites-filles puissent trouver la richesse et le bonheur sur cette terre. »

« Des immigrés ??? »

« Des immigrés ??? », s’est demandé aussitôt sur Twitter la grande organisation de défense des droits des Noirs, la NAACP.

Face aux nombreuses réactions outrées publiées sur les réseaux sociaux et dans la presse américaine, le ministère a réagi, le qualifiant de « cynique interprétation ».

« Personne ne croit sincèrement que Ben Carson met au même niveau immigration et servitude involontaire », a-t-il ajouté.

Ben Carson, ancien chirurgien et rival malheureux de Donald Trump aux primaires du parti républicain, n’en est pas à son premier dérapage. En 2013, il avait affirmé que la réforme du système de santé Obamacare était « la pire chose qui soit arrivée à ce pays depuis l’esclavage ». « Et c’est, d’une certaine façon, de l’esclavage, car cela nous asservit tous à l’Etat », avait-il ajouté.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique