Fermer

L’Afrique du Sud veut lutter contre les fausses informations sur les réseaux sociaux

Par Jeune Afrique avec AFP

Les réseaux sociaux sont dans le collimateur des autorités éthiopiennes. © Timur Emek/AP/SIPA

Le gouvernement sud-africain envisage de mettre en place une réglementation concernant les réseaux sociaux, pour endiguer la prolifération de fausses informations en ligne, dit-il.

« Les fausses informations dans les médias sociaux représentent un défi auquel l’Afrique du Sud est confrontée », a justifié le ministre de la Sécurité d’État, David Mahlobo, lors d’une conférence de presse sur la sécurité.

« Nous envisageons de réglementer dans ce domaine », a-t-il ajouté, arguant du fait que « même les meilleures démocraties qui sont respectées ont réglementé dans ce domaine ».

Estimant que son annonce allait susciter une vague de critiques et de craintes parmi les militants des droits de l’Homme du pays, le ministre a assuré que la société civile participerait au processus.

« Réglementer est la manière de procéder. Nous allons discuter de la manière dont nous allons procéder à cette réglementation », a-t-il ajouté.

Un projet de loi bientôt examiné

Un projet de loi sur le cybercrime et la cybersécurité est en cours de préparation depuis deux ans et doit prochainement être soumis au Parlement sud-africain. Il est destiné à pénaliser les infractions commises en la matière sur Internet,

L’Afrique du Sud figure parmi les pays qui comptent les médias les plus libres sur le continent africain.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro