Maroc : de violents incidents lors d’un match de foot dans une ville du nord

Par AFP

Des supporters du Raja lors d'un match opposant leur club au FC Monterrey en 2013. © Matthias Schrader/AP/SIPA

Des incidents violents ont éclaté vendredi entre supporters de football dans la ville d'Al-Hoceima, a-t-on appris de sources concordantes.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux, apparemment filmées par des habitants, ont montré des mouvements de foule et des échauffourées entre groupes de jeunes dans les rues de la ville.

« Deux groupes de supporters de football se sont affrontés aux abords du stade » de la ville, a indiqué le ministère de l’Intérieur, qui a fait état de 14 blessés hospitalisés et de « dégâts matériels ».

« Les autorités sont intervenues pour rétablir le calme » et « ont renforcé leur dispositif pour arrêter les personnes impliquées », ajoute ce communiqué.

Des violences sans caractère politique

Les affrontements ont débuté à l’issue d’un match entre les équipes de première division du Wydad de Casablanca et le Chabab Rif Al-Hoceima.

Ils se sont prolongés dans les rues du centre-ville, avec des jets de pierre, des vitrines brisées, des véhicules saccagés, et des bagarres entre groupes de jeunes, selon les images de ces violences, qui n’ont apparemment aucun caractère politique.

La ville d’Al-Hoceïma avait connu en 2016 une vague de manifestations populaires après la mort d’un vendeur de poisson, Mouhcine Fikri, broyé dans une benne à ordures le 28 octobre.

Des affrontements réguliers

Les circonstances dramatiques de sa mort avaient suscité une vague de colère et de manifestations populaires, qui ont cessé quelques semaines plus tard. Mais des activistes locaux tentent régulièrement de relancer la mobilisation, posant des revendications plus sociales et politiques. Début février, une trentaine de policiers avaient été blessés dans des échauffourées impliquant ces activistes.

Les affrontements entre supporters de football sont récurrents au Maroc, où deux supporters avaient trouvé la mort en mars 2016. Depuis, les autorités font preuve d’une grande fermeté pour lutter contre ce fléau du hooliganisme. Les derniers incidents du genre ont eu lieu fin février à Tanger (nord).

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici