Fermer

Tunisie : l’ex-président Ben Ali condamné pour l’affaire « des concerts de Mariah Carey »

Par AFP

L'ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali avec sa femme Leila, le 25 octobre 2009. © ALFRED DE MONTESQUIOU/AP/SIPA

Le président tunisien déchu Zine el-Abidine Ben Ali, exilé en Arabie saoudite, a de nouveau été condamné par contumace en Tunisie à six ans de prison pour corruption, a indiqué le parquet vendredi soir à l'AFP.

C’est dans l’affaire connue en Tunisie comme celle « des concerts de Mariah Carey », du nom de la célèbre chanteuse américaine, que l’ex-dictateur a écopé d’une nouvelle condamnation.

Selon des médias tunisiens, « des irrégularités » ont entaché les deux concerts de la diva organisés en 2006 en Tunisie, dont une partie des bénéfices aurait dû aller au fonds national de solidarité 26-26 mais aurait fini ailleurs.

Multiples condamnations

Huit personnes en tout, dont M. Ben Ali et Imed Trabelsi, un neveu de l’épouse de l’ex-président, ainsi que d’anciens ministres, ont été condamnées à six ans de prison, a confié le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti, sans donner davantage de détails sur les faits concernés.

Imed Trabelsi a écopé d’une peine de prison supplémentaire de cinq ans pour fraude.

Zine el-Abidine Ben Ali, qui vit en exil en Arabie saoudite depuis la révolution de 2011, a fait l’objet depuis sa chute de multiples condamnations, notamment dans des affaires de corruption. Il a aussi été condamné à la prison à perpétuité pour la répression sanglante des manifestations de la révolution (plus de 300 morts).

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro