Ghana : l’atterrissage d’Air France à Accra, l’opportunité de resserrer le commerce avec Paris

Par - Envoyé spécial

Image d'illustration : aéroport International Leopold Sedar senghor. Arrivée d'un vol air france, vue de la tour de contrôle. © Guillaume BASSINET pour JA

Le vol inaugural d’Air France entre les deux capitales arrive à point nommé pour le pays qui souhaite développer ses échanges avec ses voisins francophones.

Bien loin des giboulées parisiennes, c’est dans un ciel particulièrement serein et une chaleur torride qu’ont atterri ce mardi 28 février à la nuit tombée les premiers passagers du vol Paris-Accra d’Air France.

Sur les pistes de l’aéroport de Kotoka où est donné un cocktail de bienvenue, entouré des personnels locaux de KLM en gilets jaunes (la compagnie hollandaise fusionnée à Air France dessert le Ghana depuis 1960), de la ministre des Transports ghanéenne, Cecilia Abena Dapaah, et de l’ambassadeur de France, François Pujolas, Jean-Marc Janaillac, PDG d’Air France-KLM, qui accomplit là son premier voyage en Afrique de l’Ouest, coupe symboliquement un ruban rouge devant le pavillon d’honneur.

Directe, sans escale et en un peu plus six heures de temps, c’est trois fois par semaine que la compagnie française reliera désormais les deux capitales. Tout d’abord en Airbus A330 puis à partir du 27 mars prochain, début de la saison d’été pour la compagnie, en Boeing “triple 7” (Boeing 777) de plus grande capacité.

Un signe de la confiance que met Air France dans le développement de cette ligne dont des études internes ont montré le fort potentiel, souligne le PDG d’Air France, interrogé par Jeune Afrique.

Dès qu’une destination marche très fort pour une des deux compagnies de notre groupe, on pousse l’autre pour développer toutes nos connexions.

En misant sur ses deux hubs de Paris-Roissy et d’Amsterdam-Schiphol, ce sont maintenant 10 dessertes hebdomadaires qu’assure le groupe franco-hollandais. Car la destination opérée quotidiennement par sa partenaire KLM connaît d’excellents taux de remplissage, en dépit d’un marché très concurrentiel déjà occupé par British Airways, TAP, Turkish Airlines, Brussels Airlines…

“Dès qu’une destination marche très fort pour une des deux compagnies de notre groupe, on pousse l’autre pour développer toutes nos connexions et stimuler notre réseau”, nous explique Frank Legré, directeur général Afrique d’Air France.

Comme ce dernier l’a par ailleurs indiqué lors de la conférence de presse donnée mercredi matin, Air France compte aussi sur le développement des activités cargo de la ligne, notamment de transports de fruits et légumes frais, dont le Ghana est un important producteur, mettant en avant le marché au gros de Rungis, au sud de Paris. Depuis Accra, l’avion d’Air France est ainsi reparti vers la capitale française chargé de cageots d’ananas.

De plus, sa filiale de catering Servair ouvrira lundi une cuisine de 2 500 mètres carrés destinés à ravitailler toutes les compagnies aériennes présentes sur l’aéroport en se fournissant localement.

Après Londres pour la diaspora, plus de business depuis Paris

On l’aura compris, c’est un changement notable qui s’opère. Alors que les vols vers Accra se destinaient surtout à la diaspora ghanéenne très présente à Londres, la destination, en attendant de devenir touristique, est appelée à plus de business depuis Paris.

Car ce pays anglophone, membre de la Francophonie depuis 10 ans, qui célébrera le 6 mars prochain les 60 ans de son indépendance, veut devenir un moteur de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest et stimuler les échanges économiques avec ses trois voisins, Côte d’Ivoire, Burkina Faso et Togo, qui sont tous francophones.

Cela passe donc par un rapprochement avec la France dont de grands groupes sont déjà présents comme Bolloré Logistics sur le port de Tema, Engie (ex-GDF Suez) qui a un très gros projet dans les énergies renouvelables, Danone qui a pris le contrôle de Fan Milk l’année dernière ou l’enseigne Décathlon qui ouvrira un très grand magasin d’équipements sportifs en avril prochain.

Plus de 60 entreprises françaises sont présentes au Ghana. Comme le souligne cet observateur français bien informé : “Il y a un milliard de dollars de commerce bilatéral très concentré dans les produits pétroliers, pharmaceutiques, agroalimentaires, on voit qu’il y a plein de secteurs où la France pourrait être encore plus présente, en terme commercial et d’investissements. Dans le domaine de l’assainissement par exemple, il y aura des marchés à prendre car l’État ghanéen ne va pas gérer ce secteur. Dans l’agriculture, le Ghana importe un milliard de dollars par an de produits alimentaires dont une grande partie pourrait être produite ici au Ghana : tomate, huile de palme, riz, le négociant Touton commence à transformer localement le cacao…”.

27 nouvelles destinations africaines

Une tonalité très business qui aura été, aux dires de certains participants, au cœur de l’entretien de Jean-Marc Janaillac avec le président ghanéen Nana Akufo-Addo, fraîchement élu le 7 janvier dernier et parfaitement francophone.

Le PDG d’Air France KLM s’est envolé jeudi pour Abidjan afin de rencontrer le président Alassane Ouattara et le président d’Air Côte d’Ivoire, le général Abdoulaye Coulibaly, son principal partenaire dans la région avec lequel doivent être signés de prochains partages de codes (accords commerciaux).

Air France qui en détient 10,8% participera à une augmentation du capital. Les dirigeants français ont annoncé que 27 destinations seront ouvertes par le groupe Air France-KLM dans les prochaines années en Afrique, dont 7 dans les prochains mois.