Fermer

Rap : les quinquas d’IAM signent leur « Rêvolution »

Akhenaton et Shurikn lors d'un concert en 2008. © Laurent Gillieron/AP/SIPA

Après quatre ans de silence, le groupe de rap livre aujourd’hui Rêvolution, son huitième opus.

« Ma caravane passe, les tocards rêvent d’arracher la joie de vivre à coup de Tokarev. » Ces quelques mots d’Akhenaton, qui ouvrent le morceau Grands rêves, grandes boîtes, donnent le ton de Rêvolution, le nouvel album du groupe marseillais. Un opus où résonne l’envie de transcender les peurs de notre époque pour s’élever vers le rêve et la révolte.

Pour leur Rêvolution, avec un accent circonflexe sur la deuxième lettre, IAM a signé un 19 titres, où Akhenaton et Shurikn livrent sans fard leurs craintes et leurs espoirs. À l’approche de la cinquantaine, les deux MCs n’ont rien perdu de leur goût de la rime engagée.

Comme lorsqu’ils dénoncent dans le morceau « Monnaie de singe » les discriminations subies par les jeunes des quartiers : « Quoi ? Est-ce nos écrits qui gênent ? Est-ce une question de gènes ? / Une culture indigène qu’ils voient comme une chose indigeste / Non, désolé, il n’y a pas de gun sous ma veste / Juste un cœur qui bat et qui ne veut pas qu’on le prive d’oxygène. »

Avec l’inamovible Imhotep aux manettes, la prod de l’album nous entraîne dans un univers musical où se mêlent les sonorités reggae, soul et asiatiques. On notera aussi la présence de Saïd, Lino, Tyler Woods, Nuttea ou encore Meryem Saci.

Les 20 ans d’un classique

La sortie de Rêvolution coïncide avec les vingt ans d’anniversaire de L’école du micro d’argent, qui fera d’ailleurs l’objet d’une mini-tournée dès ce printemps. En 1997, leur troisième album avait résonné comme un coup de semonce dans le paysage musical de l’Hexagone. Plus d’un million d’exemplaires vendus, une première pour un groupe de rap, et l’une des plus belles pages de l’histoire du hip-hop français.

Vingt ans après son coup de maître, IAM reste encore fidèle à ses origines. Celle d’une bande de potes qui a le hip-hop chevillé au corps et rêve toujours de révolte.