Gambie : Adama Barrow au Sénégal pour sa première visite officielle à l’étranger

Adama Barrow (g) et Macky Sall (d) à Dakar, le 2 mars 2017. © Présidence Sénégal

Le nouveau président gambien a débuté jeudi une visite officielle de trois jours au Sénégal. Un choix hautement symbolique pour son premier déplacement à l'étranger en tant que chef d'État.

Des drapeaux gambiens avaient été accrochés un peu partout le long de la rue de la République, l’artère du centre-ville de Dakar menant au palais présidentiel. Accueilli vers 12h à l’aéroport Léopold Sedar Senghor par le président Macky Sall et son épouse, Marieme Faye Sall, Adama Barrow (lui aussi accompagné d’une de ses épouses) a débuté ce jeudi 2 mars une visite officielle de trois jours au Sénégal – sa première à l’étranger depuis qu’il est entré en fonctions.

Dans la foulée de son arrivée, le président gambien, qui avait fait de Macky Sall son « invité d’honneur » lors de sa cérémonie d’investiture, à Banjul, le 18 février, a été reçu par son homologue sénégalais au palais présidentiel.

« Nous sommes jumeaux »

Après s’être entretenu pendant près d’une heure avec leurs délégations (dont plusieurs ministres des deux pays), les deux chefs d’État se sont exprimés lors d’une conférence de presse pour afficher leur souhait commun de travailler au renforcement de la coopération entre le Sénégal et la Gambie.

« Il s’agit d’un nouveau départ pour nos relations, a déclaré Macky Sall. Nous avons l’espoir de remettre notre coopération dans la bonne direction dans de nombreux secteurs, comme le commerce, la sécurité, ou encore les transports. »

De son côté, Adama Barrow, accueilli par le Sénégal durant les derniers jours incertains de Yahya Jammeh au pouvoir, a lui aussi montré sa volonté d’instaurer des relations fructueuses et apaisées avec ses uniques voisins. « Nous allons porter la coopération entre nos deux pays à un niveau jamais atteint, a assuré le nouveau chef de l’État gambien. Il ne peut en être autrement : la Gambie et le Sénégal sont jumeaux, Macky Sall et moi sommes jumeaux, nos ministres sont jumeaux, et nos peuples sont jumeaux ! »

Adama Barrow (d), accueilli par Macky Sall (g) à son arrivée à Dakar, le 2 mars 2017. © Présidence Sénégal

L’espoir d’un règlement du conflit en Casamance

Pour le président sénégalais, qui entretenait des relations houleuses – voire exécrables – avec Yahya Jammeh, la transition politique en Gambie et l’arrivée d’Adama Barrow au pouvoir représentent une aubaine sur différents dossiers. L’un des plus importants est sans doute celui du conflit en Casamance, dont une partie de la rébellion était soutenue par le régime de Jammeh.

« Nous souhaitons la paix et non la guerre en Casamance, a expliqué Macky Sall. Nous tendons donc la main à nos frères du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (la rébellion, NDLR) qui ont déjà fait des efforts. Nous comptons aussi sur le président Adama Barrow pour nous apporter son soutien dans la recherche de la paix. » Après que son hôte a assuré qu’il ferait tout pour l’y aider, les deux hommes ont aussi affirmé qu’ils avaient l’intention de lutter, ensemble, contre les trafics transfrontaliers – notamment de bois et de drogue – qui déstabilisent cette région.

Nous allons travailler ensemble étroitement, mais sans l’artifice d’une confédération. Cette question n’est pas d’actualité, a tranché Macky Sall

Tout en rappelant que leurs deux pays étaient historiquement, socialement, et économiquement intimement liés, ils ont aussi coupé court à toute idée de relance d’une éventuelle fédération ou confédération semblable à celle de la Sénégambie, qui associa le Sénégal et la Gambie de 1982 à 1989. « Nous allons travailler ensemble étroitement, mais sans l’artifice d’une confédération. Cette question n’est pas d’actualité », a tranché Macky Sall.

Bientôt un pont à Farafenni ? 

Enfin, les deux présidents ont indiqué qu’ils comptaient rapidement relancer la construction du pont de Farafenni, vieux projet qui doit permettre d’éviter le contournement de la Gambie et de favoriser le désenclavement de la Casamance. Après les nombreux blocages de Jammeh sur le sujet, son successeur Adama Barrow a affirmé que « tous les efforts seraient faits pour régler les problèmes de transports » entre les deux pays. Quant à Macky Sall, il a glissé que la réalisation de ce pont tant attendu pourrait être faite « dans les prochains mois ».

À l’issue de leur conférence de presse, les deux chefs d’État et leurs délégations ont déjeuné ensemble dans le salon « Sénégambie » du palais présidentiel. Vendredi, le président gambien effectuera une tournée dans les villes saintes de Touba et Tivaouane avant de conclure sa visite, samedi, par la signature de différents accords de coopération avec le Sénégal.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici