Fermer

Égypte : Moubarak acquitté pour les manifestants tués lors de la révolution de 2011

Par Jeune Afrique avec AFP

L'ancien président égyptien, Hosni Moubarak, dans un sommet France-Afrique tenu à Cannes le 16 février 2007. © LIONEL CIRONNEAU/AP/SIPA

Plus aucune charge ne pèse sur l'ancien raïs, condamné une première fois à la prison à vie en 2012.

L’ex-président égyptien, Hosni Moubarak, a été acquitté définitivement par la Cour de cassation, jeudi 2 mars, au Caire dans un procès pour la mort de manifestants durant la révolte qui a provoqué sa chute en 2011.

Moubarak avait été condamné à la prison à vie en 2012 mais un nouveau procès avait été ordonné par la justice. Une cour criminelle avait ensuite acquitté l’ex-président, décision confirmée jeudi en cassation.

Il s’agit de la dernière procédure judiciaire visant M. Moubarak. L’ancien président a été impliqué dans plusieurs affaires depuis son retrait du pouvoir en février 2011. Mais il a toujours clamé son innocence, persuadé que l’Histoire le réhabiliterait.

Déboires judiciaires

Dans ce dossier, il était accusé d’avoir incité au meurtre de manifestants pendant la révolte de 18 jours au cours de laquelle quelque 850 personnes ont été tuées lors d’affrontements avec la police.

M. Moubarak, 87 ans, a passé le plus clair de son temps dans un hôpital militaire depuis son arrestation en 2011.

En janvier 2016, la Cour d’appel a confirmé une peine de trois ans de prison contre lui et ses deux fils dans une affaire de corruption. Mais la peine prononcée était couverte par le temps déjà effectué en prison. Ses deux fils, Alaa et Gamal, ont quant à eux été remis en liberté. Avant la révolte, Gamal avait été longtemps pressenti pour prendre sa succession à la tête de l’Égypte.

 

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro