États-Unis : qui est Mahershala Ali, premier acteur musulman à remporter une statuette aux Oscars ?

Par Jeune Afrique avec AFP

L'acteur musulman Mahershala Ali, après avoir reçu l'oscar du meilleur second rôle masculin. © Evan Agostini/AP/SIPA

Pour la première fois de son histoire, la grand-messe du cinéma américain a récompensé un musulman africain américain, en décernant dimanche soir l’oscar du meilleur second rôle masculin à Mahershala Ali pour sa prestation dans Moonlight.

Dans le film de Barry Jenkins, Mahershala Ali incarne Juan, un jeune trafiquant de drogue cubain qui fait office de père de substitution pour le petit Chiron. Dans son quartier pauvre de Miami, celui-ci est raillé à cause de son homosexualité par les jeunes de son âge et maltraité par sa mère droguée.

Le rôle de Juan, un dur au grand cœur, a immédiatement conquis l’acteur de 43 ans, qui a déclaré lors de la remise d’un prix du Syndicat des acteurs d’Hollywood (SAG) que Moonlight illustrait « ce qui se passe lorsqu’on persécute les gens : ils se replient sur eux-mêmes ».

Avant de remercier les autres acteurs de Moonlight et sa femme, qui vient d’accoucher d’une petite fille, Mahershala Ali a eu un mot pour ses anciens professeurs : « Je veux remercier mes professeurs, tant d’excellents professeurs et une chose qu’ils n’ont pas arrêté de me dire constamment (…) : ce n’est pas à propos de toi. C’est à propos des personnages. Tu es un serviteur, tu es au service de ces histoires et de ces personnages et j’ai vraiment de la chance d’avoir eu cette opportunité. »

Des rôles mineurs

Né en 1974 dans la banlieue d’Oakland, en Californie, le jeune Mahershala Ali – qui a pris le nom de famille de Ali après s’être converti à l’Islam il y a 17 ans – a fait ses armes à la prestigieuse New York University, où il a suivi des cours de théâtre. Ont suivi de nombreuses apparitions dans des séries télévisées policières, comme New York Police Blues, Les Experts, FBI : opérations secrètes

Mais sa carrière demeurait jusque-là cantonnée à des rôles mineurs, malgré des apparitions notables dans la saga Hunger Games ou dans l’Étrange histoire de Benjamin Button. En 2013, Mahershala Ali va enfin connaître le succès grâce à la série House of Cards, dans laquelle il apparaît sous les traits de Remy Danton. Un ancien chef de cabinet aux dents longues, qui devient un féroce lobbyiste avant d’être rattrapé par sa conscience et ses sentiments. Le rôle est à la mesure de l’acteur, qui fait montre de son charisme pendant les quatre premières saisons de la série.

Discriminations

Quinze ans après ses premiers pas d’acteur, Mahershala Ali part à la conquête de rôles plus variés : en jouant un esclave fugitif dans Free State of Jones, où il donne la réplique à Matthew McConaughey ; celui du lieutenant colonel John Johnson dans Les Figures de l’ombre, également en lice pour l’oscar du meilleur film ; et enfin son rôle récompensé par un oscar dans Moonlight.

Lorsqu’il a appris qu’il était sélectionné pour les Oscars, Mahershala Ali a déclaré : « J’espère que je n’ai pas été nommé parce que je suis noir (mais) pour mon travail. » Une allusion aux vives polémiques, ces deux dernières années, après la sélection d’acteurs entièrement blancs aux Oscars. En comparaison, l’édition 2017 marque un record, avec six acteurs noirs finalistes.

Dans l’Amérique de Donald Trump, Mahershala Ali n’a pas manqué également d’évoquer lors de son discours les discriminations qu’il a subies : « J’ai été interpellé en voiture, on m’a demandé où était mon arme, si j’étais un maquereau, ma voiture a été démontée. Les musulmans vont ressentir qu’il y a cette nouvelle discrimination qu’ils n’avaient pas ressentie avant, mais ce n’est rien de nouveau pour nous. »

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici