Fermer

Clément Ahialey porté à la tête de l’association des grandes entreprises du Togo

Vue de la ville de Lomé. © Jacques TORREGANO pour Jeune Afrique

L’association des grandes entreprises du Togo (AGET) vient d’élire ce vendredi un nouveau bureau au terme d'une élection très serrée. L’homme d’affaires Clément Ahialey préside désormais pour deux ans aux destinées de l’association.

26 voix pour, 24 contre, un bulletin nul. Les partisans de Clément Ahialey s’attendaient à « un scrutin serré », mais n’imaginaient sûrement pas l’emporter avec une si courte avance. Car jusqu’à la veille de l’élection, les tractations se sont multipliées pour parvenir à un « consensus nécessaire pour la préservation de l’influence de l’association ».

Le nouveau président fait partie des poids lourds du secteur privé togolais. Il dirige de nombreuses entreprises dont la société sidérurgique, Amexfield Togo Steel, les cimentiers Diamond Cement et Fortia Cement.

Face à lui, se présentait le Français Thierry Feraud qui a succédé le 02 septembre 2016 au Belge Olivier Renson à la tête de la Brasserie du Bénin (BB), filiale du groupe Castel.

Créée en 2007, l’AGET accueille toute société anonyme de droit togolais, du secteur privé douanier, de l’industrie et des services, ayant un chiffre d’affaires supérieur ou égal à 2 milliards de F CFA (3 millions d’euros) pour les membres du secteur de l’industrie, et supérieur ou égal à 500 millions F CFA pour les membres du secteur des services.

L’association représente tout de même près de 20% du PIB togolais et contribue à hauteur de 30 % aux recettes fiscales et douanières du pays. Ce qui, face à un Conseil national du patronat en crise jusqu’à une période récente, la place de fait en position de force dans les grandes négociations économiques avec le gouvernement et les partenaires sociaux.

Éviter la crise

La course à la succession de José Symenouh, ex-patron de NSIA Assurances Togo, a révélé les divisions au sein de l’AGET, jusque là internes aux membres de l’association. D’un côté les patrons togolais qui souhaitaient voir un des leurs porté à la tête de l’organisation pour « mieux incarner sa vision ». De l’autre, le camp des expatriés qui entendait faire élire Thierry Feraud pourtant arrivé au Togo il y a tout juste six mois.

« Clément Ahialey est un homme expérimenté et qui a toujours fait consensus partout où il est passé », explique un des soutiens du nouveau président. Ce dernier est pourtant critiqué par ses adversaires qui lui reprochent d’être « trop effacé » pour représenter valablement les intérêts de l’AGET dans les grandes négociations.

Face aux observateurs qui prédisent des lendemains difficiles pour l’AGET, le nouveau président affirme vouloir tout faire pour préserver la cohésion au sein de l’association. « Je serai le président de l’AGET dans son ensemble et dans toutes ses composantes et je vous invite tous à vous joindre à moi pour féliciter Thierry Feraud qui malgré son arrivée récente à Lomé n’a pas hésité à mettre les pieds à l’étrier pour participer activement à la promotion de l’AGET au point de se sentir prêt à la diriger », a-t-il indiqué dans son mot de remerciement.