Sénégal : la police déclare avoir arrêté deux Maliens qui seraient impliqués dans l’attentat de Grand-Bassam

Par Jeune Afrique avec AFP

Forces de sécurité sur la scène de l'attaque jihadiste à Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, le 13 mars 2016. © Christin Roby/AP/SIPA

Deux Maliens ont été arrêtés jeudi à Dakar. La police sénégalaise assure dans un communiqué que les suspects sont liés à l’attaque terroriste de Grand-Bassam, en mars 2016.

Deux Maliens ont été arrêtés jeudi à Dakar, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam, en mars 2016. Revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique, l’attaque avait fait 19 morts et une vingtaine de blessés.

L’opération s’est déroulée jeudi en milieu de journée dans la capitale sénégalaise. L’un des deux jihadistes présumés, Ould Sidi Mouhamed Sina, a été interpellé alors qu’il s’apprêtait à quitter l’auberge où il logeait depuis un mois. Un deuxième homme, présenté comme son chauffeur, a été interpellé peu après à bord d’un véhicule immatriculé en Gambie, dans une gare routière de la ville.

Originaire de Tombouctou, Ould Sidi Mouhamed Sina est accusé d’avoir été « formellement le contact de Ould Nouini, le planificateur des attentats de Grand-Bassam », selon le communiqué de presse de la police sénégalaise.

 

Le communiqué de presse de la direction générale de la police nationale envoyé le 23 février 2017 © Direction générale de la police nationale.

 

Problème : jusqu’à présent, ce nom n’avait jamais été évoqué dans le cadre de l’enquête sur l’attaque du 13 mars 2016.

Une dizaine de suspects arrêtés

Les enquêteurs de la Division des investigations criminelles (DIC) affirment également que Ould Sidi Mouhamed Sina était « en contact avec Moustapha Diatta, terroriste présumé précédemment arrêté par la DIC ». Celui-ci était cependant déjà derrière les barreaux lors de l’attaque de Gand-Bassam.

Depuis l’attentat en Côte d’Ivoire, une dizaine de suspects ont été arrêtés, notamment au Mali. En janvier 2017, les forces françaises de l’opération Barkhane ont arrêté l’un des organisateurs présumés de l’attentat à l’Ouest de Gao, dans le nord du Mali. Il aurait été identifié par plusieurs sources comme étant Mimi Ould Baba Ould Cheikh. Mais le principal cerveau de l’attaque, identifié par les autorités ivoiriennes comme étant Kounta Dallah, demeure introuvable.