Fermer

Niger : l’attaque terroriste du 22 février a fait 15 morts dans les rangs de l’armée, selon un bilan officiel

Par Jeune Afrique avec AFP

Défilé civil et militaire à Dosso, le jour de la fête nationale du Niger, le 18 décembre 2014. © Vincent Fournier/JA

Une attaque terroriste contre une patrouille de l’armée nigérienne a fait quinze morts et 19 blessés mercredi à Tilwa, dans la zone de Ouallam, d’après un bilan du ministère de la Défense.

« Dans l’après-midi du 22 février aux environs de 16 heures, une patrouille des Forces armées nigériennes (FAN) a été attaquée par des éléments terroristes (…) nous déplorons 15 morts, 19 blessés dans nos rangs », précise un communiqué lu à la radio publique par le porte-parole de l’armée, le colonel Touré Seydou Albdoula Aziz.

« Des opérations de ratissage ont été engagées dans le secteur pour neutraliser les terroristes en fuite », assure ce porte-parole, qui ne précise ni les circonstances de l’attaque, ni le nombre des assaillants.

Une zone instable

Sur son compte Twitter, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, a présenté « au nom du peuple nigérien meurtri », ses « sincères et vives condoléances aux familles des victimes de l’attaque de Tilwa ».

La zone de Ouallam, proche du nord du Mali et située à une centaine de km seulement de la capitale nigérienne, Niamey, est devenue très instable en raison de nombreuses attaques très meurtrières.

Début novembre 2016, cinq soldats nigériens ont été tués et quatre portés disparus après une « attaque terroriste » contre Banibangou, une autre localité de Ouallam.Un mois plus tôt, un peu plus au nord-est de la région voisine de Tahoua, l’attaque d’un camp de réfugiés à Tazalit faisait 22 morts parmi les soldats nigériens.

Malgré des frontières considérées comme poreuses, le Niger constitue un îlot de stabilité dans une zone en proie aux troubles. Autour de ce pays, Mali, Libye et Nigeria sont tous confrontés à des groupes armés jihadistes.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro