Fermer

Vente d’armes au Maghreb : le doigt sur la gâchette

par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

L'œil de Glez. © Glez / J.A

Un rapport suédois indique que le marché mondial de l’armement flambe. En Afrique, le Maghreb tient le haut du pavé des importateurs…

« Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas », prédisait l’écrivain André Malraux. Il aurait pu ajouter « Le XXIe siècle sera armé ou ne sera pas », tant le marché de l’armement se révèle florissant. Selon le rapport annuel de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), rendu public lundi 20 février, jamais autant d’équipements militaires n’avaient été achetés, depuis la fin de la Guerre froide, sur une période équivalente à celle de 2012-2016.

L’Afrique n’échappe pas totalement à la fièvre acheteuse, même si, à l’échelle du continent, les importations ont baissé de 6,6%. Dans la zone subsaharienne, les plus gros acheteurs sont le Nigeria, le Soudan et l’Éthiopie, trois nations qui sont toujours en proie à des tensions militaires. Mais c’est surtout au Maghreb que la frénésie acquéreuse est spectaculaire.

L’Algérie tient la tête de ce peloton quelque peu inquiétant. Sur la dernière année considérée par le Sipri, les commandes d’armes du pays – pourtant perclus d’arthrose économique – représentent à elles seules 46% des achats du continent. À l’échelle du monde, l’Algérie aurait importé 3,7% des armes vendues. Conséquence de la situation sécuritaire sur son sol mais aussi en Libye et au Mali, elle serait même devenue le cinquième marché pour les exportateurs d’équipement militaire.

Le Maroc pas en reste

Deuxième importateur d’armes en Afrique, le voisin marocain aurait acheté, lui, 15% des arsenaux acquis sur le continent. Il entendrait suivre les traces de l’Algérie, en dopant ses investissements dans les prochaines années.

Au niveau mondial, les ventes d’armes ont augmenté de 8,4% en 10 ans. 57 pays sont désormais des exportateurs d’armements dits évolués (avions de combats, missiles de croisière, munitions de précision, systèmes anti-missiles, etc). Sans surprise, les EÉtats-Unis occupent la première place du classement, avec le tiers des ventes dans le monde en 2016. Sur le podium se trouvent également deux pays largement tournés vers les contrées africaines : la Russie et la Chine. Avec une progression de ses achats de 43% en 10 ans, l’Inde, quant à elle, est le plus gros importateur mondial, devant l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Émirats Arabes unis et la Turquie.

Si ça continue comme ça, André Malraux aurait pu ajouter aussi : « Le XXIe siècle sera armé ET ne sera plus ».