Fermer

Colonisation : la France finira-t-elle par assumer son passé ?

par

Annick Kamgang, dite KAM, est une dessinatrice franco-camerounaise.

© Kam/JA

Le candidat à l'élection présidentielle française Emmanuel Macron a déclaré le 15 février lors d'un déplacement officiel en Algérie que la colonisation est un crime contre l'humanité. Face à l'indignation suscitée par ses propos chez une partie de la classe politique et de l'opinion publique, il les a nuancés en parlant de crime contre "l'humain".

Sur ce sujet le candidat n’en est pas à sa dernière pirouette, puisqu’il avait déclaré quelques mois plus tôt que la colonisation en Algérie comportait des « éléments de civilisation et des éléments de barbarie ».

Bien que la polémique soit retombée, son importance démontre que la colonisation demeure un sujet extrêmement sensible.

Qu’elles relèvent d’une conviction sincère ou d’une déclaration démagogique électoraliste, les différentes déclarations du candidat ont le mérite d’alimenter le débat sur la colonisation, et de lui donner toute sa place dans la campagne présidentielle, car il n’est pas le seul à s’être exprimé sur ce sujet.

Pour son avenir et sa cohésion nationale la France ne pourra pas indéfiniment échapper à cette question, elle a le devoir d’assumer son passé et d’en faire un bilan objectif.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici