Francophonie : où parle-t-on le plus français en Afrique ?

La RDC est le pays comptant le plus de francophones en Afrique. © AFP

La francophonie se porte bien, merci. Le nombre de locuteurs francophones a augmenté de 7% entre 2010 et 2014, selon l'Organisation internationale de la francophonie. Ils sont désormais 274 millions dans le monde, dont plus de la moitié en Afrique.

Mis à jour le 7/11 à 12h53 : suite à erreur de l’OIF, les chiffres concernant le Sénégal étaient erronés.

Selon le rapport quadriennal de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), rendu publique le 4 novembre, on compte désormais 273,4 millions de francophones dans le monde, dont 212 millions font un usage régulier du français. Soit une progression globale de 7% sur les quatre dernières années.

>> Lire aussi : "Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?"

Et ce chiffre est encore plus haut en ce qui concerne l’Afrique subsaharienne, qui enregistre quant à elle un bond de 15%. L’Afrique concentre désormais 54,7% des francophones devant l’Europe (36,4%), la zone Amérique et Caraïbe (7,6%), le Moyen-Orient 0,9% et l’Océanie (0,3%). Ces chiffres comprennent la totalité des locuteurs francophones, qu’ils soient nés sur un territoire entièrement francophone, qu’ils utilisent le français dans certains domaines de la vie quotidienne ou qu’ils aient appris le français comme une langue étrangère.

C’est au Gabon et au Congo-Brazzaville que le français est le plus parlé sur le continent en termes de pourcentages. En revanche, au Rwanda (6%) ou au Burundi (8%), il est très largement minoritaire. La RDC se distingue quant à elle comme le pays qui compte le plus de locuteurs francophones : plus de 33 millions, soit 57% de sa population, selon les prévisions de l’ONU pour 2015.

 

 

 

"Géant au pied d’argile"

Le français reste la 5e langue la plus parlée dans le monde derrière le mandarin, l’anglais, l’espagnol et l’arabe ou l’hindi, suivant les estimations. La langue française, résume Abdou Diouf, secrétaire général de l’OIF dans la préface, est "la 4e langue d’internet, 3e langue des affaires, 2e langue d’information internationale dans les medias, 2e langue de travail dans la plupart des organisations et 2e langue la plus apprise dans le monde".

"C’est un géant au pied d’argile", a toutefois souligné Clément Duhaime, administrateur général de l’OIF. "S’il n’y a pas d’infrastructures scolaires, pas de formation d’instituteurs (…) les jeunes pourraient se détourner rapidement du français", explique-t-il, ajoutant que le français régressait "de manière très rapide dans les institutions internationales".

___________

Par Mathieu OLIVIER