Fermer

Libye : les ministres des Affaires étrangères tunisien, algérien et égyptien cherchent une solution à la crise

Par Jeune Afrique avec AFP

Les forces de sécurité libyennes brandissent le drapeau national dans la ville de Sabratha. © Mohamed Ben Khalifa/AP/SIPA

Les ministres des Affaires étrangères tunisien, algérien et égyptien se réuniront ce dimanche à Tunis pour discuter des moyens de mettre fin à la crise en Libye.

Les chefs de la diplomatie des trois pays discuteront des conditions d’ « une solution politique consensuelle à la crise » que connaît la Libye, a indiqué vendredi 17 février le ministère tunisien des Affaires étrangères.

Tunis, Alger et Le Caire se fixent pour objectif de tenter de « rassembler les dirigeants rivaux [libyens] autour de la table du dialogue », selon le communiqué du ministère.

La Libye est divisée entre deux autorités politiques qui se disputent le pouvoir : le chef du gouvernement d’union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement contrôlant l’Est libyen, formé autour du maréchal Khalifa Haftar.

Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar devaient se rencontrer mardi 14 février au Caire à l’initiative de l’Égypte pour modifier l’accord inter-libyen signé au Maroc en décembre 2015 sous l’égide de l’ONU et aux termes duquel le GNA a été créé. Mais selon Fayez al-Sarraj, le maréchal Khalifa Haftar a refusé de le voir « sans justification ou raison ».

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro