Le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire à qui perd gagne

par

Analyste politique et consultant en stratégies d'images

Dans un bureau de vote d'Abidjan, le 30 octobre 2016. © Diomande Bleblonde/AP/SIPA

En refusant de peser dans l’urne la réalité de son poids politique, à l’occasion des premières consultations électorales de la troisième République, le parti de Félix Houphouët-Boigny a agi à contre-courant de ses promesses de Renaissance et consolidé dans l’opinion l’image du Parti du renoncement.

Une étrange défaite

Le choix de présenter ses candidats sous la bannière du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) a démobilisé son électorat traditionnel. Le vote partisan s’est mué en vote de proximité, au point de faire perdre au PDCI des bastions historiques.

En net recul à l’Assemblée nationale avec 67 sièges (sur 255 possibles) contre 72 sous la précédente mandature, le PDCI est le grand perdant de ce scrutin. En dépit de l’opération de sauvetage qu’a constituée la formation d’un groupe parlementaire distinct de celui du RDR (Rassemblement des Républicains, au pouvoir), le PDCI n’a su ni dépasser ses contradictions internes, ni maintenir son unité. Trois groupes sur six dans l’hémicycle seront finalement présidés par des cadres de notre formation à l’issue d’une élection qui a montré ses divisions et l’a considérablement affaibli.

Depuis le naufrage de la présidentielle de 2010, l’exécutif du PDCI redoute une débâcle, persuadé qu’une équipée en solitaire provoquerait sa déroute. Le vieux parti traverse sa tumultueuse transition vers le 21e siècle, à la manière d’un bateau ivre. Il peine à renouveler son leadership, à transformer sa gouvernance, à mettre à jour ses répertoires d’action.

D’incertitudes sur le rapport de forces entre alliés, en doutes persistants sur la transparence des résultats, notre parti est tétanisé par l’enjeu électoral. L’équipage préfère rester à quai dans le fol espoir de vents plus propices plutôt que de risquer par gros temps de se heurter au récif d’une déconvenue.

Les militants quant à eux, bien que légitimistes, se montrent de plus en plus déboussolés par une navigation à vue, sans effort de perspective stratégique, sans plus de signaux tactiques lisibles. Cet état de fait a pour conséquence une désaffiliation des sympathisants, un tassement de l’électorat, une érosion des effectifs d’adhérents en perte de repères.

Le cheval et le cavalier

Après « l’appel de Daoukro » qui a conduit le PDCI à faire l’impasse sur la présidentielle de 2015, notre parti se contente de tenir dans le champ politique le rôle de force d’appoint ou de variable d’ajustement de l’État-RDR. Or le parti du Président Ouattara s’est forgé au milieu des années 1990, contre l’hégémonisme d’un PDCI triomphant et déroule finalement sans obstacle l’agenda de sa liquidation maquillée en unification.

Au moment des arbitrages sur la répartition des circonscriptions, le PDCI a dû abdiquer toute prétention dans le Nord du pays devenu la chasse gardée de ses alliés sans aucune forme de réciprocité. Une telle situation, aux antipodes de notre culture politique, accentue le risque de fragmentation ethno-régionale de la carte électorale.

Le PDCI s’inscrit progressivement dans une posture de soumission au RHDP

À l’heure des décisions, notre direction n’est plus consultée mais simplement informée. À chaque crise, au moindre bruit de bottes, le PDCI est sommé de faire montre de loyauté en s’alignant sous couvert du RHDP sur les positions du RDR, au nom du principe de solidarité, alors que sa responsabilité n’est pas engagée. Le parti reflète une image brouillée, dans laquelle ses militants ne se reconnaissent plus.

Il s’inscrit progressivement dans une posture de soumission, qui rappelle la métaphore de « l’association du cheval et du cavalier » employée dans un lointain passé par Félix Houphouët-Boigny lui-même, pour dénoncer un marché de dupes.

Vers un Nouveau PDCI

Dans la perspective du 13e congrès ordinaire, et au moment où notre état-major projette de nouveaux objectifs, le peuple PDCI est en attente de réformes, de restructuration, de réorientations. Ce tournant moderniste passe par l’écoute et la participation des militants dans la définition d’un projet d’avenir pour le pays, l’élaboration d’une ligne politique claire qui se détache de l’« houphouétisme de calculs d’isoloir » dont nous sommes jusqu’ici les otages. C’est là, avec le rajeunissement des effectifs, la condition d’une nécessaire rénovation.

Le peuple PDCI en appelle à un nouveau PDCI plus assumé, plus ferrailleur, plus protecteur aussi, porté par son lien symbolique à l’Histoire, ses valeurs originelles d’émancipation, de dialogue et de progrès social. Un Nouveau PDCI volontariste, libre et éclairé, capable de tracer dans l’intérêt général, un nouveau chemin d’espérance démocratique en Côte d’Ivoire.