Libye : l’Otan sollicitée pour prêter main-forte aux gardes-côtes

Par Jeune Afrique avec AFP

Des secours espagnols aux côtés de migrants au large des côtes libyennes, le 3 février 2017. © Emilio Morenatti/AP/SIPA

Le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg a annoncé ce jeudi que le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) en Libye, Fayez al-Sarraj, avait officiellement demandé à l'Otan de l'aide en matière de défense et de sécurité, notamment au bord de la Méditerranée.

« La nuit dernière, j’ai reçu la demande officielle du Premier ministre Fayez al-Sarraj requérant les conseils et l’expertise de l’Otan en matière de construction des institutions de défense et de sécurité », a-t-il précisé lors d’une conférence de presse à Bruxelles jeudi 16 février.

La requête serait désormais à l’étude. Le Conseil de l’Atlantique Nord, principal organe de décision politique de l’Alliance, représentant les 28 pays membres, en débattra « dès que possible », a encore précisé le chef de l’Otan.

Une « priorité stratégique » pour l’Otan

Fayez al-Sarraj saisit ainsi une perche que lui avait tendue Jens Stoltenberg lors de la visite du chef du GNA au siège bruxellois de l’Otan le 1er février dernier.

« Si cela nous est demandé, nous pourrions soutenir les efforts de l’Union européenne pour renforcer les gardes-côtes et la marine libyenne », avait alors lancé Jens Stoltenberg. Il avait également invoqué la « priorité stratégique » pour l’Otan de « chasser de Méditerranée la contrebande et l’activité terroriste ».

Renforcer l’opération « Sophia »

Depuis fin 2016, l’Otan apporte déjà un soutien, en termes de logistique et de partage de renseignements, à l’opération navale « Sophia », lancée en 2015 par l’UE au large de la Libye pour lutter contre le trafic de migrants.

Néanmoins, cette opération se heurte à l’impossibilité, à ce stade, d’intervenir dans les eaux territoriales libyennes, ce qui limite son efficacité, alors que l’UE cherche à réduire les arrivées de migrants sur les côtes italiennes.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici