Angola : plusieurs morts dans des affrontements entre l’armée et les rebelles du Cabinda

Par Jeune Afrique avec AFP

La police angolaise près de l'aéroport dans l'enclave du Cabinda le 10 janvier 2010. © Darko Bandic/AP/SIPA

De violents affrontements entre rebelles indépendantistes et militaires ont fait plusieurs morts ce mardi dans l'enclave angolaise de Cabinda, région pétrolière annexée par l'Angola en 1975.

« Neuf militaires des forces armées angolaises (FAA) sont morts dans des combats mardi 14 février », a confirmé à l’AFP Jean-Claude Nzita, le porte-parole des Forces armées du Cabinda (FLEC/FAC). L’armée a de son côté évoqué deux morts.

Une source militaire s’exprimant sous couvert d’anonymat auprès de l’agence de presse a de son côté fait état du décès de « cinq soldats angolais » lors d’une « action de guérilla ».

Selon Jean-Claude Nzita, quatre autres attaques auraient été perpétrées depuis début février dans la région du Cabinda, faisant 18 morts du côté de l’armée angolaise. Cette information n’a toutefois pas été confirmé par les autorités.

Les FLEC revendiquent régulièrement, et depuis plusieurs mois, la mort de soldats de l’armée angolaise, pris dans des embuscades. Ce groupe séparatiste, qui réclame l’indépendance de l’enclave du Cabinda, coincée entre la République démocratique du Congo au Sud et le Congo-Brazzaville au Nord, s’est fait connaître mondialement en 2010 lors de l’attaque d’un car transportant des joueurs de football de l’équipe national du Togo lors de la Coupe d’Afrique des Nations.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici