Comme la présidence sénégalaise, créez votre robot Facebook

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg le 12 avril 2016, présentant les nouvelles fonctionnalités de la messagerie du réseau social. © Eric Risberg/AP/SIPA

Le 8 février, la présidence sénégalaise a installé un robot sur sa page Facebook. Il répond aux questions des internautes sur Macky Sall. Un concours lancé par Facebook ce mercredi propose aux développeurs africains et du Moyen-Orient de faire de même, en créant leur propre "bot".

Les développeurs qui fabriqueront le meilleur « bot » pourront remporter une aide financière allant de 2 000 à 20 000 dollars, selon le célèbre réseau social. Les inscriptions au concours sont ouvertes jusqu’au 28 avril.

Depuis quelques jours, c’est la page Facebook de la Présidence sénégalaise qui a fait le choix de se doter de ce type d’outil, pour dialoguer avec ses quelque 120 000 « amis ».

En effet, en cliquant sur le bouton de message sur la page de l’exécutif dakarois, un quizz sur l’actualité 2016 de Macky Sall est proposé aux lecteurs.

En janvier 2016, le Chef de l’État s’est rendu au 26e sommet de l’Union Africaine, à Lomé, Addis-Abeba ou Maputo ? Sur quoi travaille le groupe de haut niveau à l’ONU auquel le Sénégal a adhéré en février 2016, l’eau, l’agriculture ou l’humanitaire ? Le bot vous donne la réponse et vous permet sur certains sujets d’en « savoir plus ».

 

Page Facebook de la présidence sénégalaise / Capture d'écran

Capture d'écran du "bot" de la Présidence sénégalaise disponible sur Facebook Messanger depuis le 8 février 2017. © Page Facebook de la présidence sénégalaise / Capture d’écran

 

Relation aux clients

Rendus publics en avril 2016, les « bots » − ces robots-logiciels qui dialoguent de façon automatisée avec les internautes − ont connu un certaine effervescence. En novembre, TechCrunch, le site américain d’information spécialiste des nouvelles technologies, estimait à 34 000 le nombre de robots développés sur Facebook Messenger en l’espace de sept mois.

Malgré leurs fonctionnalités assez sommaires, ils pourraient se substituer aux applications mobiles ou à des services de relations aux clients d’entreprises, assurent leurs promoteurs. Les autres géants du Net en ont également développé, à l’instar de l’assistant personnel intelligent Siri pour Apple, Cortana pour Microsoft, Google Now, ou les « bots » de WeChat.