Fermer

RDC : Glencore rachète les parts de Fleurette dans le cuivre et le cobalt pour un demi-milliard de dollars

Par Jeune Afrique

Des cathodes de cuivre produites par la Société d'Exploitation de Kipoï (SEK), une filiale de l'entreprise australienne Tiger Ressources, dans l'usine d'extraction électrolytique par solvant à Kipoï, dans le Katanga, en RDC en 2015. © Gwenn Dubourthoumieu pour Jeune Afrique

Le géant suisse des mines et du négoce et le groupe Fleurette, que contrôle l'homme d'affaires israélien Dan Gertler, ont annoncé ce lundi soir avoir trouvé un accord pour la cession des participations de Fleurette dans deux filiales minières détenues par Glencore en RDC.

Fleurette revend sa participation dans Mutanda Mining, filiale du géant suisse Glencore à 69%, et qui produit de cuivre dans le sud de la République démocratique du Congo, ont fait savoir les deux groupes lundi 13 février. Glencore rachète cette participation de 31% pour 922 millions de dollars.

Sont également repris les 11,05% détenus par Fleurette dans Katanga Limited − autre filiale de Glencore à 75% active au sud de la RDC dans le cuivre et le cobalt − pour 38 millions de dollars.

L’ensemble du transfert de propriété est in fine fixé à 534 millions de dollars. Ils seront payés par Glencore à Fleurette après prise en compte de prêts encore en cours, dont était débiteur le groupe de l’Israélien Dan Gertler.

Au terme de l’opération, Glencore est propriétaire à 100% de Mutanda et à 86,33% de Katanga.